Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Israël a lancé lundi de nouvelles frappes aériennes sur la bande de Gaza, faisant cinq morts, alors qu'une trentaine de roquettes ont été tirées sur le sud de l'Etat hébreu, faisant des blessés. Au 4e jour des violences, le bilan se monte à 25 morts palestiniens et 77 blessés, dont trois Israéliens.

Lundi soir, deux Palestiniens ont été tués dans un raid aérien israélien mené contre la bande de Gaza, selon les services d'urgences palestiniens. Plus tôt dans la journée, un homme de 65 ans et sa fille de 35 ans ont été tués par un raid israélien sur le camp de réfugiés de Jabaliya (nord), selon la même source.

Par ailleurs, un adolescent palestinien de 15 ans est mort lors d'une explosion, causée selon les Palestiniens par un missile israélien. Tsahal a démenti être l'origine du tir. Un caméraman de l'agence Reuters présent sur les lieux n'a pas constaté de signe d'impact.

Appel du Quartette

La communauté internationale a manifesté son inquiétude face à la flambée de violence. Réunis à New York, pour la première fois depuis six mois, les membres du Quartette pour le Proche-Orient (Etats-Unis, Russie, Union européenne et ONU) ont "appelé au calme" et "exprimé leur grave inquiétude à propos de l'escalade récente" de la tension.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est déclaré "gravement préoccupé".

Israël aurait accepté de respecter un cessez-le-feu à partir de minuit dans la nuit de lundi à mardi, selon un responsable palestinien proche des médiations en cours, menées par l'Egypte. Mais côté palestinien, le Jihad islamique, responsable de la plupart des tirs de roquettes, conditionne toute trêve à la fin des tentatives d'assassinats.

ATS