Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La confrontation entre des groupes armés palestiniens de Gaza et l'armée israélienne s'est poursuivie dimanche, pour la troisième journée consécutive. Elle a coûté la vie à trois Palestiniens, dont un garçon de douze ans, portant à 18 le total des victimes depuis vendredi.

Le ministre de la Défense Ehud Barak a annoncé que les frappes israéliennes se poursuivraient encore pendant plusieurs jours. "Nous leur avons fait payer un lourd tribut et nous continuerons à agir autant que nécessaire", a déclaré le premier ministre Benjamin Netanyahou. Les tirs de roquettes palestiniennes se sont toutefois poursuivis.

Les dirigeants israéliens ont écarté une opération militaire d'envergure dans la bande de Gaza, au moins dans l'immédiat.

Élimination ciblée de Palestiniens

Après plusieurs semaines de calme relatif, les violences à la frontière entre Israël et la bande de Gaza ont brusquement repris vendredi avec "l'élimination ciblée" de deux chefs des Comités de résistance populaire (CRP), un mouvement prônant la lutte armée contre Israël.

Les groupes armés palestiniens ont tiré 124 roquettes sur le sud d'Israël, dont 44 de modèle Grad et 68 roquettes de fabrication artisanale, a précisé Ehud Barak, en ajoutant que l'aviation avait mené 26 raids sur Gaza.

Selon un responsable palestinien s'exprimant sous le sceau de l'anonymat, l'Égypte aurait entrepris dimanche une médiation pour tenter d'obtenir un cessez-le-feu.

ATS