Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Même le Nutella serait plus crémeux et plus chocolaté à l'Ouest que dans les pays de l'Europe de l'Est (photo symbolique).

KEYSTONE/AP/ANTONIO CALANNI

(sda-ats)

Les Européens de l'Est en ont assez: des entreprises de l'Ouest livrent des produits de moindre qualité dans leurs pays. La Commission européenne a promis de se saisir du problème après une intervention du premier ministre slovaque Robert Fico jeudi à Bruxelles.

Jean-Claude Juncker, président de la Commission, a qualifié de "totalement inacceptables" ces différences de standard. "Tous les citoyens européens ont les mêmes droits", a-t-il insisté. M. Fico s'est dit soulagé que l'Union européenne (UE) prenne la requête au sérieux.

"Pour les Etats membres concernés, il s'agit d'un véritable souci". Le chef du gouvernement slovaque a souligné s'être rendu à Bruxelles au nom également des autres pays du groupe de Visegrad - la Pologne, la Hongrie et la Tchéquie -, qui représente un marché total de 65 millions de personnes. Selon lui, il faut faire davantage pression sur les entreprises de l'Ouest.

Pas le même Nutella

Le premier ministre slovaque a cité en exemple un produit contenant de la viande de porc en Europe de l'Ouest et de la viande de poulet à l'Est du continent. Il n'est en outre pas tolérable qu'un chocolat vendu en Autriche soit meilleur que le produit distribué au même prix en Tchéquie, en Pologne ou en Slovaquie, a-t-il poursuivi.

Autre exemple volontiers cité, le produit à tartiner à base d'huile de palme Nutella, qui serait plus crémeux et plus chocolaté à l'Ouest, selon les pays du groupe de Visegrad. Les producteurs arguent de leur côté que la composition des produits diverge également en raison des goûts supposés des consommateurs de tel ou tel pays. Ce serait particulièrement le cas pour le chocolat.

20% de substance active en moins

Jean-Claude Juncker a affirmé ne pas croire à cette théorie des préférences différentes, notamment concernant les lessives. "Comment réagiriez-vous si votre produit de lessive contenait 20% de substance active en moins et que le fabricant vous disait que c'est parce que vous utilisez de l'eau plus chaude?", a ajouté Robert Fico.

Le président de la Commission européenne a annoncé que des lignes directrices pour s'attaquer au problème seraient définies en septembre. Il n'a pas exclu le lancement d'un nouveau projet de loi.

M. Juncker n'a pu dans ce contexte retenir un coup de griffe: il s'est réjoui que plus de compétences de la part de la Commission européenne soient pour une fois souhaitées, plaisantant à propos des pays d'Europe orientale qui fustigent régulièrement la "fureur régulatrice" de Bruxelles.

Problème ancien

Les standards différents appliqués par les entreprises sont critiqués depuis longtemps par les consommateurs et les politiciens d'Europe de l'Est, jusqu'ici sans grand succès.

Mais les pressions semblent finir par porter leurs fruits. Le fabricant de gâteaux secs allemand Bahlsen a ainsi annoncé que les gâteaux produits dans son usine tchèque suivraient dès le 1er juillet la recette allemande, comprenant du beurre au lieu d'huile de palme comme jusqu'ici.

Rien de tel chez le producteur de bâtonnets de poissons Iglo: alors que la version produite en Allemagne contient 65% de poisson, celle fabriquée en Tchéquie ou en Pologne n'en contient toujours que 58%.

ATS