Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les ventes des principaux produits pétroliers en Suisse ont diminué en 2011 pour la deuxième année consécutive. Elles se sont contractées de 3,2% par rapport à 2010, sous l'effet de la baisse de la demande en mazout, pour s'inscrire à 10,13 millions de tonnes.

Les volumes de mazout ont ainsi reculé de 9,8%, a indiqué lundi l'Union pétrolière (UP). Le mouvement s'explique par des conditions climatiques plus clémentes et par le comportement hésitant des consommateurs, en lien avec le prix "relativement" élevé du produit. Du coup, les stocks de combustibles ont encore baissé.

Vigueur du diesel

Les ventes de carburants ont pour leur part évolué dans la stabilité, elles qui représentent 68,4% des volumes écoulés. Celles d'essence ont confirmé la tendance observée depuis des années, avec une diminution de 3,9% à 3,04 millions de tonnes. L'amélioration continue du rendement énergétique en constitue la cause principale.

La vigueur du franc a toutefois réduit le différentiel de prix entre la Suisse et l'étranger. Reflet de l'accroissement du parc de véhicules diesel, les ventes de ce carburant ont augmenté de 2,7% l'an dernier à 2,37 millions de tonnes, soit 22,1% du total.

Croissance de l'aérien

En ce qui concerne le kérosène, les ventes ont progressé de 6,6% sur un an pour s'établir à 1,52 million de tonnes. L'évolution trouve son origine dans la croissance du trafic dans les grands aéroports du pays, à Genève et à Zurich.

L'Union pétrolière constitue l'association qui couvre l'économie pétrolière en Suisse. Elle compte 28 membres qui traitent 95% des importations en brut et produits pétroliers.

ATS