Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les bisses valaisans seront peut-être inscrits au Patrimoine mondial de l'Unesco. Une première étape a été franchie samedi soir: les membres de l'Association des bisses du Valais (ABV) ont accepté qu'un pré-dossier de candidature soit présenté à la Confédération en 2014.

La décision a été prise à l'unanimité lors d'un vote d'une assemblée à Saint Romain/Ayent (VS). "Il s'agit de la toute première étape d'un projet de candidature", a dit à l'ats Véronique Jenelten-Biollaz, responsable relations publiques de l'ABV. Elle souligne que l'Etat du Valais appuie cette démarche.

En vue du pré-dossier, il faudra mettre à jour l'inventaire de ces canaux d'irrigation, déterminer des périmètres, choisir les bisses les plus représentatifs de leurs techniques de construction. Ce travail devrait coûter quelque 200'000 francs, estime Mme Jenelten-Biollaz.

300 bisses

"Le Valais compte actuellement 300 bisses couvrant un réseau de 2000 kilomètres. Ces installations sont souvent en bon état." Elles servent au transport d'eau mais ont aussi un potentiel touristique.

Si la Confédération accepte de présenter un dossier de candidature, les bisses seraient proposés dans la catégorie "paysages culturels évolutifs vivants". Des bisses ont aussi été réalisés au Tessin, dans les Grisons, dans la Vallée d'Aoste (Italie) ainsi qu'en Autriche mais ils sont soit abandonnés, soit n'ont pas une valeur patrimoniale comparable à ceux du Valais.

Cours de formation

Créée le 15 octobre 2010, l'Association des bisses du Valais est forte de plus d'une centaine de membres. Elle organise une journée annuelle de découverte de ces canaux d'irrigation ainsi que des cours de formation pour leur rénovation.

L'origine des bisses valaisans est mal connue. Selon des scientifiques, les premiers systèmes d'irrigation de ce type datent de l'époque romaine. La plupart de ces bisses ont pu être sauvés mais des variantes plus commodes, en béton, ont fait leur apparition.

ATS