Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les requérants d'asile délinquants devraient être placés dans un camp séparé au Tessin. Le directeur de l'Office fédéral des migrations (ODM), Mario Gattiker, se montre ouvert à cette idée émise par le conseiller d'Etat tessinois Norman Gobbi (Lega).

"Les requérants d'asile criminels et délinquants nuisent à notre système d'asile", a dit M. Gattiker dans une interview publiée par la "SonntagsZeitung". Comme les cantons sont responsables de la sécurité, il faut examiner soigneusement leurs propositions, estime-t-il.

"Personne ne parle d'un centre d'internement", précise toutefois le chef de l'ODM. Mais si les requérants menacent l'ordre public et la sécurité, ceux-ci doivent être hébergés séparément, selon le voeu des autorités tessinoises. Cette proposition est aussi évoquée par le journal "Sonntag".

"Je suis ouvert à cette idée, car nous ne voulons pas que la grande majorité des requérants, qui se comporte correctement, souffre de cette minorité", ajoute Mario Gattiker.

Interdiction de périmètre

Concrètement, un juge pourrait par exemple interdire à un requérant délinquant d'accéder à certains quartiers. "S'il s'y rend quand même, le juge pénal pourrait le faire enfermer", précise M. Gattiker. A cet effet, le conseiller d'Etat de la Lega dei Ticinesi Norman Gobbi aimerait installer des containers en dehors de Chiasso.

Au Tessin, les requérants d'asile continuent à poser des problèmes, note Mario Gattiker. Les 134 places du centre d'accueil de Chiasso sont toutes occupées, surtout par des jeunes hommes, relève-t-il. C'est pourquoi la Confédération finance un projet d'occupation des requérants pendant la journée, à hauteur de 70'000 francs.

ATS