Toute l'actu en bref

L'ouvrage de l'architecte Mario Botta offrira une vue de 360 degrés sur une nouvelle forêt plantée sur la surface de l'ancienne décharge de Bonfol (JU).

Keystone/GEORGIOS KEFALAS

(sda-ats)

L'architecte Mario Botta veut créer une oeuvre architecturale d'envergure nationale sur le site de l'ancienne décharge chimique de Bonfol (JU). Son projet dévoilé doit redonner une vie à ce lieu avec un message de réconciliation entre l'homme et la nature.

Le projet architectural prévoit la construction d'une tour de 40 mètres de hauteur. Cet ouvrage offrira une vue de 360 degrés sur une nouvelle forêt plantée sur la surface de l'ancienne décharge. Cette zone boisée sera formée de deux cercles adjacents de 400 mètres de pourtour composés de chênes.

Mario Botta entend conserver le mur de 200 mètres de long et de 12 mètres de haut qui a servi à l'assainissement pour y créer au sommet une promenade sécurisée. Ce rempart serait une ligne droite se dressant au milieu de la nature.

"Il était important de laisser une trace et une mémoire", a expliqué l'architecte tessinois. "Il aurait été impensable de reboiser toute cette zone comme si la décharge chimique n'avait jamais existé", a souligné Mario Botta en détaillant son projet devant la presse.

Lieu de mémoire

Dans ce cadre naturel chargé d'histoire, le projet "Land Art" doit transmettre un message de vie aux générations futures. "Le projet a une dimension sociale et environnementale et doit devenir un lieu de passage, de mémoire, de vie et d'avenir", a relevé Yannis Cuenot, de l'asociation Escale Bonfol, à l'origine de la démarche.

Le financement de ce projet s'élève à 4,65 millions de francs. Une fondation sera créée pour activer la recherche de fonds La réalisation se déroulera en deux phases: d'abord le mur et la zone végétale puis la tour.

Ce projet a pu voir le jour grâce à l'Association Escale Bonfol qui a sollicité l'artiste Mario Botta pour imaginer un ambitieux projet sur le site de la décharge. Créée en 2011 grâce à des fonds versés par la chimie bâloise, cette association entend renforcer l'attrait touristique de ce village de 700 habitants à la frontière française.

Un nouveau départ

Escale Bonfol vise un aménagement qui permettrait d'offrir un contrepoids symbolique à l'entreposage des déchets. Il s'agit de tirer un trait sur une longue histoire qui a terni l'image du village de Bonfol durant des décennies.

Il n'y a plus de déchets dans cette décharge depuis l'an dernier. Au total, 200'000 tonnes de produits toxiques et de terres contaminées ont été excavées depuis 2010 pour être incinérées à l'étranger. Les déchets avaient été enterrés sans inventaire dans une glaisière de 1961 à 1976.

ATS

 Toute l'actu en bref