Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Israël a annoncé vendredi son intention de construire 3000 logements dans des colonies en représailles à l'accession de la Palestine au statut d'Etat observateur à l'ONU. La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a condamné un projet israélien qui fait "reculer la cause de la paix".

Dans le même temps, à New York, le président palestinien Mahmoud Abbas a appelé à la reprise des négociations avec Israël, tout en réclamant l'arrêt de la colonisation.

"Nous ne posons pas de condition (à un retour aux négociations) mais il existe pas moins de 15 résolutions de l'ONU qui considèrent la colonisation comme illégale et comme un obstacle à la paix qu'il faut éliminer", a-t-il souligné.

Un haut responsable israélien a confirmé une information du correspondant diplomatique du quotidien Haaretz faisant état de l'intention du gouvernement de construire 3000 logements dans des quartiers de colonisation à Jérusalem-Est occupée et annexée et en Cisjordanie occupée.

"Malgré les gages qu'il a donnés au président américain Barack Obama, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a donné l'ordre de continuer les constructions dans la zone E1 entre Maalé Adoumim et Jérusalem", avait écrit le journaliste sur son compte Twitter @BarakRavid.

Viabilité d'un Etat palestinien compromise

Gelé depuis des années sous pression américaine, ce projet controversé vise à rattacher la colonie de Maalé Adoumim, en Cisjordanie, à des quartiers de colonisation de Jérusalem-Est. Il est vivement dénoncé par les Palestiniens, car il couperait pratiquement en deux la Cisjordanie, compromettant la viabilité d'un Etat palestinien.

La cheffe de la diplomatie américaine Hillary Clinton a condamné le projet israélien estimant qu'il "faisait reculer la cause d'une paix négociée" avec les Palestiniens.

La Maison Blanche a évoqué des "actions (...) contreproductives" qui "rendent plus difficile la reprise des négociations directes ou la possibilité de parvenir à une solution à deux Etats", selon le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Tommy Vietor.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS