Toute l'actu en bref

Près de 70% des 18-39 ans ont une expérience professionnelle ou une formation et peuvent être intégrés au marché du travail suisse, estime le SEM.

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

Les réfugiés et les personnes admises à titre provisoire pourront suivre un préapprentissage d'intégration dès 2018. Leur entrée sur le marché du travail doit être facilitée.

Le projet pilote de quatre ans a été présenté jeudi à Berne par l'Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle (IFFP) et le Secrétariat d'Etat aux Migrations (SEM). Le programme de "préapprentissage d'intégration et encouragement linguistique précoce" doit préparer réfugiés et personnes admises provisoirement à un apprentissage, écrit l'IFFP.

A travers la formation, ces personnes pourront acquérir des compétences linguistiques, les compétences scolaires de base et sociales nécessaires au chemin professionnel, explique la pédagogue Ursula Scharnhorst. Entre 800 et 1000 personnes pourraient profiter de cet apprentissage qui se déroulera sur un an.

Près de 70% des 18-39 ans ont une expérience professionnelle ou une formation et peuvent être intégrés au marché du travail suisse, estime le SEM. Cela représente près de 4000 personnes par an.

Propreté des trains

Les CFF emploieront dès le 1er mai des réfugiés et des étrangers admis à titre provisoire. Ceux-ci assureront la collecte des déchets et le contrôle des toilettes, indique jeudi l'ex-régie fédérale. Dans le cadre de ce programme d'entraînement Team Clean, les migrants découvriront les rouages du marché du travail en Suisse.

Les places de travail sont proposées en collaboration avec l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM). Il s'agit d'un projet pilote de six mois. Durant cette phase, quatre à huit personnes seront actives dans les trains. La ville de Berne avait déjà lancé un projet Team Clean en été 2015.

ATS

 Toute l'actu en bref