Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les pêcheurs de Suisse ne goûtent guère le revirement qui s'est opéré mardi au Conseil national au sujet de la législation sur la protection des eaux. Ils dénoncent une "fronde paysanne" visant à contourner a posteriori un compromis élaboré de haute lutte.

Réunis samedi à Bergün (GR), les délégués de la Fédération suisse de pêche (FSP) ont adopté une résolution critiquant le "lobby paysan" qui "menace les eaux et sape la démocratie".

Mardi, une courte majorité du National a adopté une motion demandant au Conseil fédéral de modifier l'ordonnance d'application. Ce compromis face auquel les pêcheurs avaient accepté de retirer l'initiative "Eaux vivantes" est ainsi remis en cause à peine un an après son entrée en vigueur en été 2011.

Vote serré

La motion souligne que l'ordonnance donne trop de poids à la renaturation des eaux au détriment des intérêts agricoles et du milieu bâti. Elle exige que les cantons puissent mieux prendre en compte les intérêts liés à la protection des surfaces agricoles.

La FSP espère que le Conseil des Etats examinera et corrigera "cette insolente politique des intérêts particuliers". De fait, le vote au National a été serré (94 voix contre 89 et 3 abstentions). Et même la ministre de l'environnement Doris Leuthard a relevé que la motion fait problème et qu'il vaudrait mieux évaluer l'ordonnance après les premières années d'expérience.

L'USP se dit surprise

L'Union suisse des paysans (USP) se dit surprise par ces critiques véhémentes. D'autant plus que les deux associations ont fait le point il y a quelques jours seulement sur la législation relative à la protection des eaux.

L'USP n'a aucune intention de remettre en cause la loi sur la protection des eaux, rassure-t-elle. Elle s'engagera toutefois pour que la nouvelle loi soit appliquée de manière à respecter aussi bien la protection des eaux que les intérêts des agriculteurs.

La seule revendication de l'USP est que les surfaces d'assolement essentielles à la production alimentaire soient effectivement compensées lorsque la protection des eaux conduit à leur disparition.

ATS