Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le fondateur de la société française de prothèses mammaires PIP (Poly Implant Prothèse) Jean-Claude Mas, au coeur d'un scandale sanitaire mondial, a été mis en examen vendredi à Marseille pour "blessures involontaires". Il avait été interpellé jeudi matin.

M. Mas, 72 ans, a été placé sous statut de témoin assisté pour le chef "d'homicides involontaires" et placé sous contrôle judiciaire par la juge Annaïck Le Goff, contre le versement d'une caution de 100'000 euros, a précisé Me Yves Haddad, au terme d'un peu plus de deux heures d'audition.

"La garde à vue s'est passée dans de bonnes conditions", avait déclaré quelques heures plus tôt Me Haddad en sortant de la gendarmerie, précisant que devant les enquêteurs de la gendarmerie son client avait répondu à "des centaines de questions sur sa responsabilité".

Perquisitions

"Il a rappelé le fonctionnement de l'entreprise", avait-il indiqué, soulignant que son client s'était montré "très coopératif", s'expliquant "sur les responsabilités de chacun", notamment sur ses relations "avec les fournisseurs".

Par ailleurs, des perquisitions, en particulier dans la luxueuse villa de la compagne de M. Mas, où se trouveraient des oeuvres d'art de valeur, ont été effectuées jeudi, "afin de saisir d'éventuelles pièces à conviction", a précisé le procureur de la République de Marseille.

ATS