Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La justice australienne a condamné jeudi Apple à une amende de près de 2,2 millions de francs. Le géant américain à la pomme est coupable d'avoir trompé "délibérément" les consommateurs de ce pays sur les capacités de son dernier iPad à se connecter sur le réseau de 4e génération (4G).

Apple devra payer un amende de 2,25 millions de dollars australiens (2,17 millions de francs), à laquelle s'ajoutent 300'000 dollars de frais de justice à rembourser, soit une somme totale de 2,55 millions de dollars australiens, selon la décision de la Cour fédérale.

L'affaire avait été portée en justice par la Commission australienne de la concurrence et de la consommation. Elle reprochait au groupe américain de laisser entendre, dans ses annonces publicitaires, que son dernier iPad pouvait fonctionner en Australie sur la norme 4G, alors que ce n'est pas le cas.

Les publicités d'Apple pour son dernier iPad portaient la mention "iPad avec WiFi et 4G". "Les agissements (d'Apple) étaient délibérés et très graves", a déclaré le juge Mordy Bromberg. "Une proportion significative de consommateurs de tablettes en Australie ont été face à une représentation trompeuse" du produit, a-t-il ajouté.

Remboursement

Après avoir été poursuivi par la Commission, Apple avait déjà proposé en mars de rembourser ses clients australiens, qui s'estimaient floués. Il avait aussi publié des annonces clarifiant les capacités de son dernier gadget.

La fonction 4G sur l'iPad le plus récent fonctionne uniquement sur les réseaux des Etats-Unis et du Canada. Le dernier iPad est désormais présenté, hors Amérique du Nord, comme "WiFi et cellulaire". En Australie, le groupe précise clairement sur son site Internet que l'appareil n'est pas compatible avec le réseau 4G LTE du pays.

Apple avait accepté début juin de payer cette amende, lors d'un accord à l'amiable avec les autorités de la concurrence. Mais la justice voulait avoir des détails supplémentaires sur le nombre d'iPad vendus, le nombre d'iPad retournés contre remboursement et les finances du groupe américain.

ATS