Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le groupe publicitaire Publicis a dépassé les attentes au premier semestre, porté par l'acquisition de Sapient et des taux de change favorables. Il envisage la suite de 2015 avec confiance, a assuré mercredi le président du directoire Maurice Lévy.

Le résultat net part du groupe du numéro trois mondial de la publicité s'est établi à 363 millions d'euros (381 millions de francs), en hausse de 39,6%. Au cours des six premiers mois de l'année, le chiffre d'affaires de Publicis s'est pour sa part élevé à 4,54 milliards d'euros, en progression de 35,3% sur un an.

Ces résultats sont supérieurs aux attentes des analystes qui prévoyaient un chiffre d'affaires de 4,46 milliards d'euros et un résultat net à 335 millions d'euros.

"Publicis a affiché de solides performances au premier semestre et nous prévoyons une croissance à deux chiffres du chiffre d'affaires sur l'ensemble de l'année", a résumé Maurice Lévy.

Outre "le raffermissement du dollar", les variations des taux de change ont eu un impact positif de 263 millions d'euros sur l'activité du premier semestre. Le taux de marge opérationelle est resté identique sur un an, à 13%, en dépit de l'acquisition de Sapient pour 3,7 milliards de dollars.

Avance sur le calendrier

Cette agence américaine spécialiste du marketing et de la communication numériques est prise en compte depuis début février dans les comptes de Publicis. Son rachat avait été décidé suite à l'échec l'an passé de la fusion "entre égaux" avec Omnicom, numéro deux mondial de la publicité.

Le rival américain, confronté à l'appréciation du dollar face aux principales devises, a pour sa part enregistré un recul de son bénéfice net de 3,5% au deuxième trimestre.

"L'intégration de Sapient se déroule en accord avec nos plans, avec même une légère avance sur le calendrier que nous nous sommes fixés, et elle dégagera dès 2016 davantage de synergies que prévu, aux alentours de 60 millions d'euros", a salué M. Lévy.

Suite à cette acquisition, l'endettement net de Publicis atteint logiquement 2,9 milliards d'euros au 30 juin, contre une trésorerie nette positive de 985 millions d'euros au 31 décembre 2014. "On aura sur l'ensemble de l'année une croissance organique du chiffre d'affaires dans la moyenne du marché", a assuré M. Lévy.

Numérique prometteur

L'agence média du groupe Publicis, ZenithOptimedia, a elle abaissé fin juin ses prévisions de croissance du marché publicitaire mondial pour l'année 2015, à 4,2% contre une estimation de 4,4% effectuée fin mars.

"Le flux de trésorerie disponible avant la variation de besoin en fonds de roulement devrait dépasser pour la première fois de notre histoire le milliard d'euros", s'est également réjoui M. Lévy.

"Le numérique est devenu le coeur du réacteur, et grâce à Sapient nous sommes plus que jamais un acteur incontournable de la transformation des entreprises", a confié celui qui est à l'origine de cette évolution de Publicis, entamée en 2006.

Au deuxième trimestre 2015, le numérique a d'ailleurs dépassé de manière inédite les 51% de l'activité du groupe, qui souhaite voir ce chiffre passer à 60% à l'horizon 2018.

ATS