Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Commission suisse pour la loyauté (CPL) a traité en 2011 un nombre de plaintes record de 441. Les deux tiers des cas ont porté sur des méthodes de vente agressives. Au vu de la multiplication des plaintes, la CPL perçoit une taxe de 50 francs depuis 2012.

Depuis 2005, le nombre de procédures ne cesse de croître, a indiqué samedi la CPL. Leur nombre est passé de 234 à 441, soit quasiment le double en moins de dix ans. Si cette situation est peut-être due à la sensibilisation accrue des consommateurs, un domaine explique l'explosion des plaintes: les méthodes de vente agressives.

Il n'est dès lors pas trop étonnant que parmi les médias de communication, celui qui présente le plus grand nombre de cas est le téléphone/fax (58,7%, contre 53,9% en 2010). En revanche, la part des procédures dirigées contre le marketing direct a considérablement reculé (de 12,6% à 8,4%). Le mesures prises par l'Association suisse de marketing direct (ASMD) semblent porter leurs fruits, a noté la CPL.

L'ensemble des procédures qui concernent la communication commerciale destinée à une adresse individuelle (téléphone/fax, mailing direct, autocollants "Non merci - pas de publicité" et pourriels) totalise 74,9% des cas, soit pratiquement les trois quarts des plaintes.

ATS