Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Il s'agit du deuxième test de missile depuis la prise de fonctions du nouveau président sud-coréen.

KEYSTONE/AP/AHN YOUNG-JOON

(sda-ats)

La Corée du Nord s'est félicitée d'avoir testé dimanche avec succès un missile balistique de portée intermédiaire, rapporte lundi l'agence de presse nord-coréenne KCNA. L'essai a confirmé la fiabilité du guidage de l'engin dans sa dernière phase, a-t-elle ajouté.

Le tir avait été annoncé le jour même par la Corée du Sud, qui a estimé lundi que Pyongyang semblait avoir récolté des données importantes grâce à ce nouveau test.

"Les services de renseignements sud-coréens et américains estiment que la Corée du Nord a récolté des données significatives pour renforcer la crédibilité de sa technologie de missiles", a déclaré Roh Jae-cheon, porte-parole de l'état-major interarmes sud-coréen.

L'essai s'est déroulé dimanche après-midi en présence du numéro un nord-coréen Kim Jong-un, qui a jugé que le missile Pukguksong-2 était opérationnel et ordonné qu'il soit déployé sur le terrain, ajoute KCNA.

Réunion du Conseil de sécurité

La Corée du Nord défie périodiquement et de plus en plus fréquemment depuis le début de l'année les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies lui interdisant tout essai nucléaire ou tir de missile balistique. Ces quinze membres se réuniront mardi à huis clos pour étudier la situation à la demande des Etats-Unis, du Japon de la Corée du Sud.

Il s'agit du second test de missiles effectué par le régime dynastique communiste depuis la prise de fonctions du nouveau président sud-coréen, Moon Jae-in, partisan d'un dialogue avec Pyongyang, il y a onze jours.

"Déclarant avec fierté que le pourcentage de réussite du missile est très élevé et que le Pukguksong-2 est une arme stratégique efficace, (Kim Jong-un) a ordonné le déploiement de ce système d'armements", écrit KCNA.

Selon l'armée sud-coréenne, le missile a parcouru environ 500 kilomètres, atteignant une altitude de 560 km, avant de s'abîmer au large de la côte orientale de la Corée du Nord.

Samedi, Pyongyang a annoncé avoir désormais la capacité à frapper le territoire américain, une affirmation jugée exagérée par les spécialistes occidentaux.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS