Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Otto Warmbier (c.) avait été condamné en 2016 à 15 ans de travaux forcés pour avoir volé une affiche de propagande dans un hôtel (archives).

KEYSTONE/AP/JON CHOL JIN

(sda-ats)

Pyongyang a démenti vendredi que l'étudiant américain Otto Warmbier a pu être torturé ou maltraité dans une prison nord-coréenne. Le jeune homme est mort lundi aux Etats-Unis peu après avoir été libéré, dans le coma, au terme de 18 mois de détention en Corée du Nord.

Il s'agit de la première réaction de la Corée du Nord à l'annonce de la mort, lundi aux Etats-Unis, de l'étudiant de 22 ans qui avait été rapatrié le 13 juin dans le coma. Otto Warmbier avait été condamné en Corée du Nord à 15 ans de travaux forcés pour avoir volé une affiche de propagande dans un hôtel.

"Nos agences compétentes traitent tous les criminels (...) dans le respect des lois nationales et des standards internationaux", a affirmé un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères, selon l'agence officielle nord-coréenne KCNA. "Le fait que Warmbier soit mort soudainement moins d'une semaine après son retour aux Etats-Unis (...) est un mystère pour nous aussi", a-t-il ajouté.

Victime "de la patience d'Obama"

La Corée du Nord accuse Washington de mener contre elle une "campagne de diffamation" au sujet du décès de l'étudiant. Le porte-parole a jugé qu'Otto Warmbier avait été plutôt "victime de la politique de patience stratégique" de l'ex-président américain Barack Obama, le gouvernement n'ayant jamais réclamé la libération.

Du côté sud-coréen, les accusations n'ont pas tardé non plus. Attendu la semaine prochaine aux Etats-Unis, le président sud-coréen Moon Jae-In avait déclaré mardi tenir pour responsable de ce décès le régime "irrationnel" de Pyongyang.

Le porte-parole nord-coréen a répliqué, accusant à son tour Séoul d'utiliser le décès d'Otto Warmbier pour obtenir la libération de six détenus sud-coréens. "Ils n'ont absolument aucune idée de la façon dont Warmbier a été bien traité (...), mais ils osent prononcer les mots de 'mauvais traitement' et de 'torture'", a-t-il dit.

Pas d'autopsie

Otto Warmbier a été inhumé jeudi dans l'Ohio, aux Etats-Unis. Environ 2500 personnes, selon les médias locaux, dont de nombreux jeunes très émus, ont assisté à la cérémonie dans l'ancien lycée de l'étudiant.

Le jeune Américain avait été arrêté en Corée du Nord et condamné à quinze ans de travaux forcés pour avoir tenté de dérober une banderole de propagande dans l'hôtel où il résidait comme touriste. Il a été libéré et rapatrié il y a dix jours aux Etats-Unis avec de sévères lésions neurologiques.

De telles lésions résultent d'ordinaire d'un arrêt cardio-respiratoire, selon les médecins qui l'ont reçu à Cincinnati. Les origines de son coma profond restent mystérieuses. Des responsables de l'hôpital de Cincinnati n'ont pas fourni d'autres détails et la famille a refusé que soit pratiquée une autopsie.

ATS