Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plusieurs pays de l'Est de l'Europe se plaignent par exemple d'un Nutella "moins crémeux" (archives)

KEYSTONE/AP/ANTONIO CALANNI

(sda-ats)

La Commission européenne va lancer des tests comparatifs à l'échelle de l'UE pour déceler d'éventuelles différences de qualité entre produits alimentaires d'une même marque. Cette pratique de "double standard" est dénoncée depuis plusieurs mois par les pays de l'Est.

Des pays d'Europe centrale et orientale (Hongrie, Slovaquie, Bulgarie en tête) dénoncent la différence de qualité de certains produits de marque, pourtant commercialisés sous le même emballage, selon les pays: Nutella "moins crémeux", Coca-Cola "moins riche" ou chocolat en poudre Nesquick de Nestlé moins "intense".

La Commission européenne va lancer dans les prochains jours et dans tous les Etats membres une nouvelle méthodologie de tests destinés à comparer les produits, a déclaré lundi la Commissaire à la consommation de l'Union européenne (UE), Vera Jourova. Elle a fait cette déclaration lors d'un forum à Sofia organisé par la Bulgarie dans le cadre de sa présidence du Conseil de l'Union européenne.

"Nous espérons présenter les premiers résultats de ces tests à l'échelle de l'UE d'ici la fin de l'année", a-t-elle dit. "Nous voulons que les consommateurs perçoivent l'équité de l'UE jusque dans leur panier de courses et dès que possible (...) cela implique une même qualité partout sur le marché unique", a ajouté la commissaire.

Pratiques "déloyales"

La Commission avait déjà publié en septembre des recommandations aux Etats membres pour les aider à lutter contre les "doubles standards" alimentaires. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, s'était aussi saisi de la question, affirmant "ne pas aimer l'idée qu'il y ait des citoyens de seconde catégorie en Europe".

Plusieurs pays d'Europe de l'Est avaient rendu publics en 2017 des tests comparatifs révélant des différences de composition dans les produits d'une même marque vendus sur leur territoire et dans les pays de l'Ouest de l'Europe. Certaines des marques mises en cause avaient expliqué qu'il s'agissait de s'adapter au goût local.

"Les producteurs devraient être en mesure d'expliquer les raisons objectives" de ces différences, a encore déclaré lundi Mme Jourova. "S'ils ne sont pas en mesure de l'expliquer ou de fournir des preuves, les autorités devraient entamer une procédure contre ces producteurs pour pratiques commerciales déloyales", a-t-elle ajouté.

Dans le domaine de la protection des consommateurs, la Commission européenne a également présenté mi-avril plusieurs propositions visant à étoffer son arsenal législatif, notamment en ouvrant la possibilité de recours collectifs au sein de l'UE et en augmentant l'échelle des sanctions financières contre les entreprises.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS