Toute l'actu en bref

La directrice de La Poste, Susanne Ruoff, est également Alémanique (archives).

KEYSTONE/MARCEL BIERI

(sda-ats)

La direction de La Poste est presque exclusivement germanophone. Une Bernoise bilingue a remplacé le dernier membre romand du conseil d'administration. Son président Urs Schwaller admet que des efforts sont nécessaires pour maintenir la diversité linguistique.

Le conseil d'administration a nommé mercredi Valérie Schelker, 44 ans, au poste de directrice des ressources humaines. "Elle est de mère francophone et le français est sa deuxième langue maternelle", explique au Temps l'ancien conseiller aux Etats Urs Schwaller dans une interview publiée jeudi.

La Bernoise a convaincu par ses compétences et connaît très bien l'entreprise de l'intérieur. Elle a fait toute sa carrière au sein de PostFinance, poursuit-il. "Mais nous avons sans doute encore des efforts à faire pour améliorer la diversité linguistique. Nous avons une responsabilité de ce point de vue", concède le Fribourgeois qui est lui-même bilingue.

Directives pas respectées

Après l'annonce du départ d'Yves-André Jeandupeux, le prédécesseur de Mme Schelker, l'ex-régie fédérale a concentré ses efforts de recherche sur la Suisse romande et prioritairement sur les candidatures féminines, assure-t-il. Le géant jaune a mandaté une entreprise spécialisée qui a contacté 50 personnes, dont 30 en Suisse romande.

"Mais nous devons constater que, dans des entreprises de taille comparable à la nôtre, la langue de travail est davantage l'anglais que le français", observe le Fribourgeois.

Un constat qui s'applique également au sein de la direction d'autres entreprises publiques. Les organes dirigeants d'entreprises comme les CFF, Ruag ou la SSR, sont pourtant censés représenter équitablement les minorités linguistiques depuis 2014.

Le Conseil fédéral avait adopté des directives allant dans ce sens. L'allemand devrait être représenté à 65,5%, le français à 22,8%, l'italien à 8,4% et le romanche à 0,6%.

ATS

 Toute l'actu en bref