Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dans le cadre de la campagne "Change la Suisse", des jeunes Suisses ont rencontré les plus jeunes parlementaires, qui vont soutenir certaines de leurs idées au niveau fédéral.

KEYSTONE/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

Pour encourager la participation des jeunes à la politique, le projet "Change la Suisse" a récolté plus de 300 idées des 14-25 ans. Quatorze d'entre elles seront reprises par des parlementaires fédéraux.

La deuxième édition de cette campagne a été un succès, relève lundi la Fédération suisse des parlements des jeunes (FSPJ). Si le nombre de souhaits déposés est en baisse par rapport à 2017, "tous étaient de très bonne qualité". Chacun des 14 plus jeunes conseillers nationaux a sélectionné un souhait à intégrer dans la politique fédérale.

L'environnement a été au centre des préoccupations des jeunes, avec 20% des souhaits déposés et un tiers des souhaits sélectionnés. La conseillère nationale écologiste Lisa Mazzone (GE) a ainsi reçu, à égalité avec Cédric Wermuth (PS/AG), le plus de souhaits. Elle a choisi de soutenir un projet de logo indiquant la présence d’huile de palme sur le devant des produits.

Droit de vote pour tous

La diversité des souhaits couvrait un large spectre politique, qui se retrouve dans ceux sélectionnés par les parlementaires. M. Wermuth défendra par exemple le droit de vote et d'éligibilité pour tous. Mathias Reynard (PS/VS) a lui choisi de soutenir le mariage pour tous, tandis que Philippe Nantermod (PLR/VS) soutient le projet de suppression des taxes douanières.

Plusieurs souhaits liés à la mobilité ont également trouvé la faveur des parlementaires, comme par exemple des trains meilleur marché ou plus d'incitation pour les voitures électriques en ville. Par contre, l'égalité de rémunération entre les hommes et les femmes, un des sujets de préoccupation chez les jeunes, n'a pas trouvé la faveur d'un parlementaire.

Les jeunes Suisses ont pu déposer leurs souhaits entre le 19 février et le 25 mars sur le site engage.ch. La majorité des souhaits ont été déposés en allemand (88%), puis en français (10%) et en italien (2%). Les régions romandes ont été moins représentées qu'en 2017, une différence qui s'explique selon le FSPJ, par le fait que la campagne de l'année précédente avait été très présente dans les médias romands.

Le projet permet à des idées novatrices et à d’éventuelles solutions d’être intégrées à la politique suisse. La FSPJ, qui est derrière ce projet, aimerait ainsi permettre davantage aux jeunes de s’engager en politique à long terme.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS