Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Europe et l'euro ont occupé les discussions des chefs d'Etat de Suisse, d'Allemagne, d'Autriche et du Liechtenstein réunis lundi à Coire. Ils se sont déclarés optimistes quant à l'avenir de l'Europe.

La Suisse est fortement liée à l'Europe puisque 60% de nos exportations sont destinées aux pays européens, a déclaré la présidente de la Confédération Eveline Widmer-Schlumpf lors d'une rencontre avec la presse.

La conseillère fédérale s'est déclarée optimiste quant à l'avenir de l'euro. Les pays européens ont montré qu'ils étaient en mesure de surmonter les difficultés actuelles. Il serait difficile de trouver une alternative à l'euro et à l'Union européenne.

Eveline Widmer-Schlumpf a aussi souligné que les structures européennes doivent être assainies. Il n'est envisageable d'accorder de nouvelles aides qu'à cette condition.

Espagne et Grèce

Le président allemand Joachim Gauck a déclaré être moins inquiet pour l'Espagne que pour la Grèce. Il est tout de même optimiste pour la Grèce: "Nous avons beaucoup fait, nous avons maintenant besoin que la population accepte" les mesures d'assainissement.

Pour le président autrichien Heinz Fischer, la meilleure des solutions est que la Grèce reste dans l'Union européenne. Il faut attendre les résultats des prochaines élections pour savoir quelle sera l'évolution du dossier.

Le prince héritier Alois du Liechtenstein a parlé des problèmes politiques auxquels la Principauté doit actuellement faire face. Il a notamment évoqué les prochaines élections législatives et les problèmes liés au franc fort.

La prochaine réunion des quatre chefs d'Etat des pays germanophones se déroulera l'année prochaine dans le Tyrol autrichien. Le président Heinz Fischer accueillera ses trois homologues.

ATS