Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les danseurs du Béjart Ballet Lausanne répètent "Corps-Circuit" de Julio Arozarena, l'un des ballets présentés du 7 au 12 juin au Théâtre de Beaulieu à Lausanne.

BBL - Gregory Batardon

(sda-ats)

Le Béjart Ballet Lausanne (BBL) présente du 7 au 12 juin au Théâtre lausannois de Beaulieu deux créations, Swan Song de Giorgio Madia et Corps-circuit de Julio Arozarena. Pour couronner ce programme, la compagnie reprend Boléro de Béjart et Anima blues de Gil Roman.

Le spectacle, pour lequel quelques places sont encore disponibles, débutera par deux créations en première mondiale. "Corps-circuit" est signé Julio Arozarena, le maître de ballet du BBL. La 4e pièce du chorégraphe d'origine cubaine est une recherche chorégraphique sur les connections, visibles ou invisibles, entre les corps.

"Swan Song", ballet de Giorgio Madia, ancien danseur du BBL, est inspiré par l'héritage artistique de Béjart. A partir d'extraits d'interviews du maître, le chorégraphe italien interroge l'influence que Béjart a eue sur sa propre expérience.

Gil Roman, directeur artistique du BBL, interprète le rôle principal de cette création. Pour Giorgio Madia, il représente "le lien entre le passé, le présent et le futur de l'héritage de Maurice".

Voyage autour de l'anima

Après l'entracte, les danseurs du BBL présenteront Anima blues, "road ballet" de Gil Roman créé en 2013 à l'Opéra de Lausanne. Mêlant la voix d'Audrey Hepburn et les compositions du collectif Citypercussion, cette ballade blues voyage autour du thème de "l'anima", définie par Carl Gustav Jung comme la projection féminine de l'homme.

Quant à Boléro, on ne le présente plus. Créé le 10 janvier 1961 au Théâtre royal de la Monnaie de Bruxelles sur la musique de Ravel, ce chef d'œuvre de Maurice Béjart à la sensualité puissante, quasi animale, parle de lui-même, exprimant intensément l'essentiel.

ATS