Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les corps d'un homme, d'une femme et de deux enfants âgés de deux et trois ans ont été retrouvés sans vie par la police au Creux-du-Van (NE), vendredi. Il n'y aurait pas de liens entre la femme et les trois autres malheureux.

Vendredi matin à 09h10, la Police neuchâteloise a été avertie qu'un père et ses deux enfants se dirigeaient vers le Creux-du-Van (NE) avec des intentions funestes. C'est un proche de la famille, domicilié dans le Doubs (F), qui a fait part de son inquiétude, suite à un SMS du père.

Les importantes recherches entreprises immédiatement ont conduit à la découverte de trois corps dans le cirque du Creux-du-Van, soit un homme et deux jeunes enfants en bas âge. Dans le cadre des recherches, il a également été découvert, à quelques centaines de mètres, le corps sans vie d'une femme, a indiqué la police neuchâteloise vendredi.

Pas de liens entre la femme et les trois autres corps

L'homme et la femme découverts morts au Creux-du-Van étaient tous deux âgés de 45 ans. Les enfants étaient, eux, âgés de deux et trois ans. Il n'existe pas de liens apparents entre eux, a indiqué la police lors de la conférence de presse organisée vendredi soir à Neuchâtel. L'identification formelle des corps est en cours.

C'est le corps de la femme qui a été découvert en premier, précise Arcinfo présent à la conférence de presse. Selon la police, il s'agirait d'un suicide. La malheureuse aurait été découverte par hasard, lors des recherches de l'homme et de ses deux enfants.

Ecrits désespérés

Des écrits du père ont été retrouvés. Il faisait allusion, de manière désespérée, à la garde des deux enfants, également morts dans ce drame.

La police neuchâteloise, lors des opérations de recherche, a été secondée par la police vaudoise, ainsi que par un hélicoptère de la Rega. Au total, 40 policiers ont été mobilisés.

Selon le journal français L'Est Républicain, il s'agirait d'une famille domiciliée près de Pontarlier (F). La police neuchâteloise a confirmé que le père des enfants avait bien vécu en France voisine. Il avait un lien, non divulgué par les forces de l'ordre, avec le canton de Neuchâtel.

ATS