Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Madrid - Quatre membres du mouvement radical basque de jeunesse Segi ont été incarcérés lundi, ont indiqué les médias espagnols citant des sources judiciaires. Segi est considéré comme lié au groupe armé séparatiste ETA.
Ces personnes font partie des quatorze dirigeants présumés de Segi qui avaient été arrêtés au pays basque espagnol dans la nuit de jeudi à vendredi, lors d'un coup de filet de la police espagnole.
Leur incarcération a été ordonnée par un juge de l'Audience nationale, plus haute instance pénale espagnole, qui a également décidé d'envoyer en prison trois autres membres présumés de Segi, extradés vendredi d'Italie alors qu'ils tentaient de tenir une conférence de presse devant le parlement italien.
Les autres militants de Segi arrêtés la semaine dernière doivent encore comparaître devant l'Audience nationale.
Le ministre de l'Intérieur Alfredo Perez Rubalcaba avait annoncé leur arrestation en affirmant qu'ils "essayaient de mettre sur pied une nouvelle direction" de Segi. Il avait rappelé que l'ancienne direction de Segi, organisation illégale pour ses liens avec l'ETA, avait été démantelée en novembre 2009 lors d'un précédent coup de filet.
La police espagnole attribue généralement à Segi les actes de violence urbaine qui consistent le plus souvent en des jets de cocktails Molotov contre des symboles de l'Etat.
Ces jeunes radicaux sont considérés par la justice espagnole comme des groupes de soutien à l'ETA et comme la principale source de recrutement pour ce groupe armé tenu pour responsable de la mort de 829 personnes en plus de 40 ans de violences pour l'indépendance basque.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS