Navigation

Quatre personnes devant le tribunal pour l'affaire Gayet-Closer

Ce contenu a été publié le 12 avril 2014 - 17:35
(Keystone-ATS)

Le paparazzi Sébastien Valiela, auteur des photos qui ont révélé la relation du président français François Hollande avec Julie Gayet, est renvoyé devant le tribunal correctionnel, a annoncé samedi le procureur de la République à Nanterre. La décision concerne aussi un des proches du photographe et deux responsables de "Closer".

Le parquet avait ouvert une enquête après la publication le 17 janvier dans le magazine people "Closer" d'une photo de l'actrice au volant de sa voiture, une semaine après les révélations de l'hebdomadaire sur sa liaison avec François Hollande. L'audience aura lieu le 1er juillet.

Le beau-frère et collaborateur de Sébastien Valiela, Laurent Viers, le directeur général de Mondadori Magazines France - qui édite "Closer" -, Carmine Perna et la directrice de la rédaction du magazine people, Laurence Pieau, comparaîtront pour "atteinte à l'intimité de la vie privée".

"De nombreux éléments, notamment le témoignage de Julie Gayet et la géolocalisation, permettent d'indiquer que Laurent Viers est l'auteur du cliché", a indiqué le procureur.

Espace privé

Les deux responsables du magazine sont poursuivis pour avoir utilisé cette photo "prise dans un espace privé et sans le consentement de la comédienne", a ajouté le procureur.

Julie Gayet, très discrète sur sa vie privée, a elle lancé une véritable offensive judiciaire depuis la révélation de sa liaison avec le chef de l'Etat.

"Closer" a été condamné à lui verser 15'000 euros de dommages et intérêts (environ 18'200 francs) pour avoir diffusé une première série de clichés du chef de l'État et de l'actrice, photographiés séparément devant un immeuble parisien, à une centaine de mètres de l'Élysée.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article