Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le vent assez violent qui balaie Rio ces jours risque de modifier la donne en aviron.

Les vagues perturbent déjà les entraînements et obligeront les rameurs à s'adapter. Ces conditions particulières heureusement n'effraient pas le quatre sans barreur poids léger helvétique, qui part pour décrocher l'or (séries dès samedi).

"Personne n'aime les vagues et le vent. Mais pour nous, c'est plutôt positif. Nous avons gagné les Championnats d'Europe ce printemps à Brandenburg (GER) dans des conditions pires sans doute, vraiment limites", a relevé à Rio le Genevois Lucas Tramèr, un des hommes du quatuor avec Simon Schürch, Simon Niepmann et Mario Gyr.

Les rameurs devront prendre un luxe de précautions. Le vent qui remue les eaux du petit lac intérieur agite aussi toute la pollution et les bactéries qu'il renferme. Il va falloir nettoyer avec soin les embarcations, les rames et l'équipement après chaque passage et éviter de prendre trop d'éclaboussures au visage. Une infection peut vite être attrapée.

L'entraîneur néo-zélandais des quatre embarcations suisses, Ian Wright, passe pour un homme dur et sans concession. Le premier échange avec lui le confirme. A la question de savoir qui est le leader dans le bateau, il répond: "Il n'y en a pas vraiment. Le boss, c'est moi." Avant de préciser toutefois: Peut-être Mario Gyr, quand même. Il a un peu le même humour que nous, les Néo-Zélandais. Les autres sont plus calmes. Tout est si calme en Suisse..."

Wright et ses hommes sont très ambitieux: "On ne part pas pour finir deuxièmes, mais pour gagner l'or", affirme Tramèr, en sachant que le bateau néo-zélandais est au moins aussi fort. Mais les Suisses sont champions du monde en titre.

Le quatre de couple affiche lui aussi une confiance de bon aloi. "La finale est clairement l'objectif. Une fois à ce stade, beaucoup de choses peuvent survenir", clame l'un des deux Vaudois du quatuor, Augustin Maillefer. Le mot médaille n'est pas tabou. "Toutes les embarcations se tiennent de très près", dit-il.

La Suisse aura également une chance de finale en skiff avec Jeannine Gmelin.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS