Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Quelque 400 personnes ont manifesté leur solidarité envers les réfugiés jeudi soir à Sion. Ils ont marché silencieusement dans les rues de la capitale cantonale et se sont recueillis sur une place, à la lumière des bougies.

Les manifestants se sont réunis sur la place de la Planta vers 18h30, à l'appel d'Amnesty International Valais central et des Verts valaisans. En cortège, ils ont ensuite défilé dans les rues de la capitale valaisanne.

Parmi eux, de nombreux enfants, des réfugiés établis en Valais, des politiciens de gauche. Certains portaient des pancartes "Protégez les personnes avant les frontières", "Réfugiés welcome", "Stop aux noyades en Méditerranée" ou encore "Davantage de voies sûres et légales vers l'Europe".

Après une demi-heure environ, le cortège est arrivé sur une place du centre-ville. Le public s'est recueilli, une bougie à la main, devant les pancartes posées à terre. Parmi elles, un grand nounours avec l'inscription "Pas de ma faute s'il y a la guerre".

Au-delà des clivages

Aucun discours n'a émaillé la manifestation. Une volonté des organisateurs qui ne voulait en aucun cas transformer l'événement en tribune politique.

"Notre but était de se recueillir autour des drames que vivent les réfugiés. Nous voulions nous mobiliser au-delà des clivages politiques ou religieux pour réaffirmer que la dignité humaine ne connaît ni frontières, ni partis, ni religions", a indiqué à l'ats Anne-Christine Willa, responsable d'Amnesty International Valais central.

Evêché absent mais préoccupé

A un peu plus d'une semaine des élections fédérales, tous les partis politiques sauf l'UDC et le PLR ont soutenu officiellement la manifestation. Mais aussi l'évêché de Sion, l'Eglise réformée, le centre culturel islamique de Sion, l'association islamique de la lumière à l'excellence à Martigny, les associations actives dans le domaine de l'asile et les syndicats Unia et SSP.

Mais soutien ne veut pas forcément dire présence. Les politiciens du PDC étaient très rares à la manifestation, quant à l'évêché, il a indiqué à l'ats jeudi après-midi qu'il ne participerait pas à l'événement en raison d'obligations prévues de longue date, notamment le synode sur la famille à Rome pour Mgr Jean-Marie Lovey.

L'évêché assure toutefois être préoccupé par la situation des réfugiés. Il prévoit de donner une information sur le sujet en début de semaine prochaine.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS