Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Bâle - Quelque 50% des médicaments vendus sur internet sont de copies. Les autorités n'ont pas de contrôle sur les substances qu'ils contiennent. Une convention européenne en cours d'élaboration devrait permettre de mieux lutter contre ce phénomène.
Un projet d'accord a été adopté à Bâle lors d'une conférence dirigée par la Suisse à laquelle ont participé des représentants d'environ 40 pays. Le texte prévoit des sanctions plus sévères, un effort accru de prévention et une coopération internationale plus forte dans ce domaine.
L'accord devrait être signé d'ici à la fin de l'année par les pays membres du Conseil de l'Europe, a indiqué le ministre bâlois de la santé et vice-président de Swissmedic Carlo Conti. Selon un rapport du Conseil de l'Europe, la criminalité médicale organisée connaît actuellement un développement alarmant.
Les médicaments falsifiés peuvent représenter un danger pour la santé. Karoline Mathys-Badertscher de Swissmedic a rappelé qu'en Suisse on ne pouvait actuellement poursuivre quelqu'un pour un tel crime que si un consommateur a été lésé. A l'avenir, une mise en danger de la santé d'autrui devrait suffire.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS