Navigation

Quinze ONG appellent les parties au Yémen à accélérer le dialogue

Les violences ont diminué, mais restent importantes à Hodeida et dans d'autres régions du pays (archives). KEYSTONE/EPA/YAHYA ARHAB sda-ats
Ce contenu a été publié le 12 décembre 2019 - 11:20
(Keystone-ATS)

Quinze ONG, dont Handicap International, demandent aux parties au confit yéménite d'accélérer l'application de l'accord conclu il y a un an en Suède alors que les violences se poursuivent. Elles ont appelé vendredi à établir "immédiatement" un cessez-le-feu national.

L'accord d'il y a un an prévoyait notamment l'arrêt des hostilités dans la région de Hodeida. Or, un quart des pertes civiles au Yémen ont été recensées cette année dans cette zone, déplorent les organisations. Au total, environ 800 victimes ont été observées à Hodeida, où arrive l'immense majorité de l'assistance humanitaire.

Les violences ont notamment provoqué le déplacement de près de 390'000 Yéménites en 2019, dont la moitié venait de trois régions seulement. "Nous sommes scandalisées qu'après plus de cinq années de guerre, les civils continuent de faire les frais", insistent les ONG.

Face à la plus grande crise humanitaire au monde selon l'ONU, elles dénoncent le manque d'accès auprès des communautés les plus vulnérables. Des centres de santé et de nombreuses autres infrastructures sont eux endommagés ou détruits, de même que plusieurs centaines d'habitations.

Après l'accord conclu le mois dernier à Ryad et une récente diminution des violences, les organisations appellent les parties au conflit, le Conseil de sécurité de l'ONU et les pays influents à "travailler ensemble". Elles souhaitent notamment l'application de la décision récente d'ouvrir l'aéroport de Sanaa aux vols médicaux.

Les revenus du port de Hodeida devraient aussi être répartis pour payer les salaires, dont certains n'ont plus été validés depuis des années. Au total, le conflit au Yémen a fait au moins plusieurs dizaines de milliers de victimes, dont de nombreux civils. Plus de 25 millions de personnes ont besoin d'assistance, selon l'ONU.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article