Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Quito va met fin au régime d'isolation imposé à Julian Assange

Julien Assange, 47 ans, a trouvé asile en juin 2012 dans l'ambassade d'Équateur à Londres pour échapper à une extradition vers la Suède (archives).

KEYSTONE/AP/SANG TAN

(sda-ats)

Le gouvernement équatorien a décidé de rétablir partiellement les communications de Julian Assange, a annoncé dimanche WikiLeaks. L'Australien vit réfugié dans son ambassade londonienne depuis 2012.

"L'Équateur a déclaré au directeur de la publication de WikiLeaks, Julian Assange, qu'il allait mettre fin au régime d'isolation qui lui était imposé, suite à la rencontre vendredi entre deux hauts responsables de l'ONU et le président équatorien Lenin Moreno", a révélé WikiLeaks dans un communiqué.

Selon le site internet, cette rencontre a réuni, autour de Lenin Moreno, le haut commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, et le rapporteur spécial sur la protection du droit à la liberté d'expression, David Kaye.

Le rédacteur en chef de WikiLeaks, Kristinn Hrafnsson, a qualifié cette décision de "positive". L'Équateur a toutefois informé l'intéressé que le gouvernement avait l'intention de poursuivre la politique de Lénin Moreno et qui consiste à restreindre l'expression de ses opinions, a précisé WikiLeaks. Une décision jugée "extrêmement préoccupante".

Tweets malvenus

Quito avait annoncé en mars avoir coupé "les systèmes" de communication "avec l'extérieur" de l'Australien. L'Equateur estimait qu'il avait manqué à son "engagement écrit de ne pas publier des messages constituant une ingérence dans la relation (de l'Équateur) avec d'autres États".

Selon WikiLeaks, Quito avait "installé trois brouilleurs dans l'ambassade pour empêcher M. Assange de communiquer en utilisant des téléphones mobiles ou internet".

Cette décision était survenue après une série de tweets de Julian Assange dans lesquels il dénonçait notamment l'arrestation de l'ex-président catalan et leader indépendantiste Carles Puigdemont, ou les sanctions prises par Londres à l'encontre de la Russie dans l'affaire Skripal.

Crainte de jugement

Julien Assange, 47 ans, a trouvé asile en juin 2012 dans l'ambassade d'Équateur pour échapper à une extradition vers la Suède, où il était recherché depuis fin 2010 pour des accusations de viol et d'agression sexuelle qu'il nie.

L'Équateur était alors présidé par Rafael Correa, figure de la gauche sud-américaine, qui avait nargué Washington en accordant sa protection au fondateur de WikiLeaks .

En cas d'arrestation, Julian Assange craint d'être extradé et jugé aux États-Unis pour la publication par WikiLeaks en 2010 de nombreux secrets militaires et documents diplomatiques américains.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.