Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La météo capricieuse de l'an dernier a affecté la vendange, mais les raisins sont de bonne qualité (archives).

KEYSTONE/TI-PRESS/GABRIELE PUTZU

(sda-ats)

La vendange 2017 s'est établie à un minimum jamais atteint depuis quarante ans. Avec 79 millions de litres, la production est en recul de 28,5 millions (-27%) par rapport à l'année précédente. En cause: les fortes gelées nocturnes en avril et la grêle d'août.

L'année viticole de 2017 a été affectée par de fortes gelées nocturnes en avril, qui ont causé de graves dommages à la vigne, rappelle lundi l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) dans un communiqué.

En outre, les températures mesurées l'été dernier comptent parmi les trois plus élevées depuis le début des relevés, après celles de 2003 et 2015. L’été sec et chaud a encore fait diminuer la production, mais il a favorisé une vendange précoce et de bonne qualité.

Les effets cumulés de ces phénomènes ont pesé sur la vendange. La récolte 2017 ne représente ainsi que 72% de celle de l’année précédente en Suisse romande, (-24,7 millions de litres), 81% en Suisse alémanique (-2,4 millions) et 77% en Suisse italienne (-1,4 million).

Au total, la Suisse romande a produit 64,3 millions de litres, la Suisse alémanique 10,2 millions et la Suisse italienne 4,5 millions.

Qualité très satisfaisante

En raison des mois d'été pluvieux en 2016, la floraison de la vigne a été moins importante l'année passée, ce qui a réduit la production de baies. De plus, la chaleur de l’été 2017 a provoqué un stress hydrique modéré, avec pour résultat des baies plus petites et moins juteuses, dont la teneur naturelle en sucre était élevée. Aussi, la qualité du raisin s'est-elle révélée très satisfaisante, souligne l'OFAG.

La Confédération a accordé des crédits sans intérêt de 9,5 millions de francs aux agriculteurs en difficulté, dont 2,7 millions sont allés en Valais, a expliqué à l'ats Jürg Jordi, porte-parole de l'OFAG. Il n'a toutefois pas pu chiffrer l'aide allouée aux seuls viticulteurs. Les producteurs de fruits par exemple ont également bénéficié de soutien.

L'an dernier, le nombre d'agriculteurs en difficulté à cause du gel était finalement moins important qu'il fut craint dans un premier temps. En juin 2017, la Confédération évoquait un fonds de 50 millions de francs pour secourir les exploitations en situation d'urgence.

Chez les viticulteurs, les dégâts ne peuvent toutefois se chiffrer que bien plus tard, poursuit Jürg Jordi, aussi parce qu'une petite récolte engendre moins de ventes de vin.

100 millions de litres consommés

Le vignoble occupait en 2017 une superficie pratiquement égale à celle de l’année précédente, soit 14'750 hectares (-0,2%). La consommation annuelle moyenne de vin suisse se situant d'habitude à une centaine de millions de litres, la vendange 2017 est la quatrième en cinq ans à s’inscrire en deçà de la consommation après celles de 2013 (84 millions de litres), de 2014 (93 millions) et de 2015 (85 millions).

Les chiffres détaillés de la production et de la consommation de vin figurent dans le rapport qui sera publié à la fin du printemps sous le titre "L'Année viticole".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS