Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les forces de l'ordre birmanes ont frappé à coups de matraque jeudi des manifestants opposés à une réforme de l'éducation et arrêté plusieurs d'entre eux, selon des militants. Ces événements rappellent les heures sombres de la junte au pouvoir pendant des décennies.

"Nous avons contacté un des meneurs alors qu'il était embarqué dans un véhicule. Il nous a dit que les manifestants étaient battus et arrêtés", a témoigné Zaw Min, du groupe respecté de défense des droits de l'Homme Génération 88, interrogé par l'AFP.

Un policier sur place, interrogé sous couvert de l'anonymat, a confirmé sept interpellations, assurant que "personne n'avait été blessé". Cette information a été contredite par des témoins.

Le groupe d'une cinquantaine de manifestants s'était réuni à Rangoun, la capitale économique du pays, en signe de solidarité avec une marche étudiante entravée par les autorités.

Les étudiants qui marchent sur Rangoun depuis plusieurs semaines ont été encerclés lundi dans un monastère dans le centre du pays. Ils ont refusé mardi de se disperser malgré un ultimatum des forces anti-émeutes.

Beaucoup arborent des bandanas avec un paon, hommage aux étudiants de la révolte violemment réprimée de 1988, symbole de la lutte contre la junte. Celle-ci s'est autodissoute en 2011, mais nombre de ses responsables restent de facto au pouvoir.

Importante force politique

Les étudiants jugent la réforme de l'éducation antidémocratique. Ils réclament des changements, dont la décentralisation du système éducatif, la possibilité de créer des syndicats et un enseignement dans les langues des nombreuses minorités ethniques du pays.

Le militantisme étudiant est une importante force politique en Birmanie. Les jeunes ont été à la tête de plusieurs soulèvements à l'époque de la junte.

Cette révolte étudiante intervient alors que le gouvernement est sous la pression internationale, à l'approche des législatives de fin 2015, promises démocratiques. Mais d'ores et déjà, l'opposante Aung San Suu Kyi, figure de la lutte contre la junte et Prix Nobel de la Paix, ne pourra accéder à la présidence, même si son parti remporte le scrutin.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS