Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Mark Meadows, à gauche, le président du groupe des élus rebelles du "Freedom Caucus" a maintenu que le texte du président américain n'avait pas les voix requises pour être adopté (archives).

KEYSTONE/AP/SUSAN WALSH

(sda-ats)

Donald Trump a prévenu mardi les élus républicains qu'ils risquaient de perdre leur majorité au Congrès américain s'ils votaient contre la réforme de l'assurance-maladie. Il a mis tout son poids dans la balance pour la première grande loi de son mandat.

Le président des Etats-Unis a fait un rare déplacement au Capitole pour inciter les 237 membres républicains de la Chambre des représentants à tenir la promesse électorale d'abrogation et de remplacement d'"Obamacare", lors du vote prévu jeudi.

"Son message était le suivant: si on ne le fait pas, on perdra la Chambre et le Sénat l'année prochaine", a raconté l'élu Chris Collins, de l'Etat de New York, à l'issue de cette réunion à huis clos au sous-sol du Capitole. "Il a été très franc".

S'agissait-il d'une observation, ou d'une menace d'intervention dans les primaires contre les élus frondeurs ? "Avec le président Trump, c'est toujours un peu des deux", a dit Matt Gaetz, un élu de Floride. "Le président y est allé très fort contre ceux qui ne soutiennent pas la proposition de loi", selon lui.

Elus rebelles

Le président du groupe des élus rebelles du "Freedom Caucus", Mark Meadows, a ainsi été interpellé personnellement par Donald Trump. Mais à la sortie, ce parlementaire a maintenu que le texte n'avait pas les voix requises pour être adopté.

"Le président Trump est venu faire ce qu'il sait faire de mieux: conclure une affaire", a déclaré peu après l'architecte de la réforme, le président de la Chambre Paul Ryan.

Le texte qu'il a élaboré abroge la loi sur la couverture-maladie signée par Barack Obama en 2010. Il instaure des réformes visant à libéraliser le marché privé de l'assurance-maladie.

Baisse des aides publiques

Mais la baisse programmée des aides publiques, notamment pour les populations les plus modestes et âgées, se heurte à l'opposition de plusieurs élus républicains modérés. De l'autre côté, les plus conservateurs estiment que la réforme ne va pas assez loin et conserve trop d'éléments d'"Obamacare".

Une version amendée a été dévoilée lundi soir afin de satisfaire ces deux ailes. Le suspense reste toutefois entier sur sa capacité à recueillir les 216 voix nécessaires. La minorité démocrate est totalement opposée. Si le texte est approuvé jeudi à la Chambre, ce sera au tour du Sénat de l'examiner, début avril.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS