Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'habitation d'urgence doit souvent être préférée aux sites plus durables (archives).

KEYSTONE/AP/THANASSIS STAVRAKIS

(sda-ats)

Il manque 500 millions de dollars pour abriter deux millions de réfugiés, notamment dans le contexte de la crise migratoire vers l'Europe. Le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a lancé mercredi à Genève une campagne auprès du secteur privé.

Le HCR cible les dons des individus, des entreprises ou des fondations. Environ 60 millions de personnes sont déplacées dans le monde, un nombre jamais atteint depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Parmi elles figurent 20 millions de réfugiés.

Des millions de personnes luttent pour une habitation adéquate. Un abri "devrait être considéré comme un droit de l'homme non négociable", estime le Haut Commissaire aux réfugiés Filippo Grandi. "Aucun réfugié ne devrait être exclu", dit-il.

La campagne doit permettre de donner ou d'améliorer un logement pour deux millions de réfugiés d'ici 2018, soit 12,5% des quelque quinze millions de personnes assistées par le HCR à la mi-2015. Ce nombre ne prend pas en compte les Palestiniens dont s'occupe l'UNRWA.

Le HCR achète chaque année 70'000 tentes et plus de deux millions de bâches. La situation actuelle le contraint à donner la priorité aux logements d'urgence plutôt qu'à des sites plus durables.

Ces opérations vont coûter près de 730 millions de dollars en 2016. Le HCR ne dispose pour le moment que de 158 millions. Le secteur privé finance plus de 8% des activités du HCR. Il peut contribuer de manière importante pour améliorer une situation qui renforce les tensions, estime M. Grandi.

Le Proche et Moyen-Orient et l'Afrique constituent les régions les plus touchées. Mais les besoins sont également importants en Asie et en Europe.

ATS