Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un dispositif de réalité virtuelle avec un masque et un casque audio plonge le visiteur à 360 degrés au milieu des migrants.

KEYSTONE/EPA ANA-MPA/POOL/NIKOS ARVANITIDIS / POOL

(sda-ats)

Médecins sans Frontières (MSF) a lancé à Rome une expérience de réalité virtuelle, qui va tourner en Italie. Elle invite le public à se plonger dans un camp de réfugiés au Soudan ou sur la route des Balkans.

Dans la tente que MSF a installée sur une place du centre historique de Rome, un sol mou couleur sable et boue, un canot pneumatique crevé et des gilets de sauvetages disposés par terre accueillent le visiteur, au son de cris et de pas précipités.

Puis un dispositif de réalité virtuelle avec un masque et un casque audio le plonge à 360 degrés au milieu des migrants. D'abord en divers points du parcours par terre et par mer de la Syrie aux Balkans, puis dans le camp de réfugiés de Malakal (Soudan), où plus de 47'000 personnes s'entassent dans des conditions dramatiques.

Il suffit de tourner la tête pour ne manquer aucun détail: les détritus qui jonchent le sol, la poussière, une femme qui fait la lessive dans une bassine ou encore la tôle des habitations de fortune.

"Pas que des numéros"

"On voulait raconter les conditions de vie des réfugiés, leurs besoins d'assistance et leur vulnérabilité. C'est un moyen de faire vivre la réalité de quelqu'un qui doit tout laisser derrière lui et de montrer que ce ne sont pas que des numéros", a déclaré François Dumont, un porte-parole de MSF.

L'objectif semble atteint: à la sortie de la tente, l'émotion domine. "Ce qui m'a le plus touchée, c'est le regard des gens qui nous fixent. A un moment sur un chemin, il y a un homme qui s'arrête et regarde la caméra, c'est comme s'il me regardait", a déclaré une jeune femme, les larmes aux yeux.

ATS