Navigation

Rémy Pagani tire un trait sur ses ambitions nationales

Rémy Pagani (Solidarités/GE), conseiller administratif du Département des constructions et de l'aménagement, met pour l'instant ses ambitions nationales de côté. KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI sda-ats
Ce contenu a été publié le 07 mai 2019 - 17:59
(Keystone-ATS)

Le conseiller administratif de la Ville de Genève Rémy Pagani ne sera pas candidat pour les élections fédérales. L'élu de Solidarités, prévenu dans l'affaire des notes de frais qui secoue l'exécutif municipal, met ses ambitions politiques nationales entre parenthèses.

L'information, révélée mardi par Le Courrier, a été confirmée auprès de Solidarités. Les formations politiques peuvent déposer leur liste en vue des élections fédérales à partir de la fin du mois de mai. Pour que Rémy Pagani puisse encore se porter candidat, il faudrait un classement rapide de la procédure dirigée contre lui.

Solidarités présente six candidats au Conseil national. La liste est emmenée par la professeure Stéfanie Prezioso et le député Jean Burgermeister. Ils sont accompagnés par la députée Jocelyne Haller, le député Jean Batou, la socioéconomiste Aude Martenot et l'étudiant Luca Califano.

Deux places ont encore été réservées sur la liste d'Ensemble à gauche au DAL (Défense des aîné-e-s, des locataires, de l'emploi et du social). Le DAL sera représenté par le député Christian Zaugg et Corinne Khaouchi. Stéfanie Prezioso et Jean Burgermeister se présentent aussi au Conseil des Etats.

Le Parti du travail (PdT), qui a longtemps appartenu à la coalition d'extrême gauche, ne fera en revanche pas liste commune. La décision du PdT de ne pas se présenter au sein d'une alliance pour mieux se démarquer et être plus visible a été prise au niveau national par la formation politique.

"Nous espérons un sous-apparentement avec le PdT", a-t-on fait savoir du côté d'Ensemble à gauche. Une collaboration pour les élections fédérales n'est pour l'instant pas acquise. Un conflit oppose les deux formations à propos du sort des jetons de présence de quatre élus qui ont quitté Solidarités pour rejoindre les rangs du PdT.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.