Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Réorganisation du réseau postal en bonne voie, selon La Poste

Thomas Baur, responsable ReseauPostal, s'est dit confiant d'atteindre les objectifs de La Poste d'ici à 2020.

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Satisfaite de l'avancement de la réorganisation de son réseau, La Poste a tiré lundi un premier bilan positif. Le syndicat Syndicom accuse pour sa part le géant jaune de donner une fausse image de la situation en jonglant avec les chiffres.

En octobre 2016, La Poste a présenté sa stratégie. D'ici 2020, le géant jaune veut faire passer le nombre des bureaux de poste de 1400 à 800 ou 900. Parallèlement, les points d'accès doivent augmenter de 3800 à plus de 4200.

"Nous avançons comme prévu et nous atteindrons notre objectif", a déclaré Thomas Baur, responsable RéseauPostal devant les médias à Fribourg, lors d'un bilan de mi-parcours.

Le nombre de filiales en partenariat a augmenté à 1033 au 1er octobre, avec pour objectif d'en compter entre 1200 et 1300 en 2020. Le nombre de points de service à domicile devrait lui rester pratiquement inchangé, autour de 1300.

Au 1er octobre, La Poste comptait 1114 bureaux de poste en exploitation propre, contre encore 1320 en 2016. Selon le géant jaune, la structure du réseau obsolète occasionne des frais élévés et les clients se rendent de moins en moins aux guichets. Depuis 2000, les opérations concernant les colis (-44%), les lettres (-68%) et le trafic de paiements (-44%) chutent au guichet.

Syndicom au créneau

Syndicom juge "graves" ces déclarations. "Il va de soi que le nombre de colis déposés dans les offices de poste est moins élevé que dans les agences, puisque deux tiers des offices ont été fermés depuis 2000", a dénoncé le syndicat dans un communiqué.

Citant un rapport de l'autorité de surveillance Postcom, ce dernier relève que la fréquentation par office postal a augmenté de 25% entre 2011 et 2017. "Les clients doivent toutefois parcourir aujourd'hui un plus long trajet jusqu'à l'office de poste ou à l'agence postale, selon le service dont ils ont besoin".

Un tel démantèlement des services n'est pas acceptable et nuit au service universel en Suisse, poursuit syndicom. Ce dernier accuse par ailleurs La Poste de présenter volontairement des chiffres erronés concernant le réseau postal, afin de perpétuer la "légende" des offices postaux déficitaires.

La nouvelle stratégie pour les succursales est nécessaire, selon le géant jaune, car elles enregistrent un déficit annuel de l'ordre de 200 millions de francs. "D'ici à la fin de l'année, celui-ci devrait être ramené à environ 110 millions de francs", s'est réjoui M. Baur. Pour le seul premier semestre, le manque à gagner s'élevait à 60 millions, soit 28 millions de moins qu'un an plus tôt.

Dialogue

La Poste avait promis de mener des discussions et "elle tient sa promesse", affirme-t-elle. Plus de 550 entretiens ont été menés avec les cantons et les communes. L'entreprise est aussi allée à la rencontre des citoyens. "Nous savons que le sujet est sensible, surtout dans les régions périphériques et rurales", a relevé Thomas Baur.

La transformation du réseau postal suscite en effet des résistances dans la population et l'économie, et est perçue comme un démantèlement du service universel. Certaines personnes ou régions sont particulièrement touchées.

Côté politique, le Parlement met également la pression sur La Poste, demandant au gouvernement d'intervenir auprès de l'entreprise. Une ordonnance révisée, visant à améliorer l'accessibilité des offices postaux pour la population, devrait notamment entrer en vigueur en début d'année prochaine.

Plans d'avenir

S'adaptant aux besoins de sa clientèle, la Poste propose toujours plus de prestations accessibles 24 heures sur 24. D'ici à 2020, près de 200 automates My Post 24 supplémentaires viendront renforcer le réseau. Des stations en libre-service pour le trafic des paiements sont également en cours de test, a souligné le géant jaune.

A l'image de sa succursale de Fribourg, La Poste va investir dans les prochaines années 40 millions de francs dans la modernisation de quelque 300 filiales en exploitation propre. "L'objectif est notamment de renforcer le rôle de conseil des collaborateurs, ainsi que de recourir plus systématiquement aux outils numériques", a noté Thomas Baur.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.