Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Tribunal fédéral (TF) a ordonné à la justice genevoise de rouvrir une procédure dirigée contre quatre gardiens de la prison de Champ-Dollon. Un détenu français d'origine tunisienne accuse les surveillants de l'avoir poussé au suicide en 2011. Le TF estime que l'instruction de l'affaire n'a pas été suffisante.

L'information, révélée vendredi par "Le Temps", a été confirmée par Yaël Hayat, avocate du détenu plaignant. Ce dernier est incarcéré depuis 2008, condamné par la justice genevoise à 10 ans de prison pour le viol de deux jeunes femmes, en 2010.

Détenu à Champ-Dollon, le violeur s'est retrouvé en cellule forte en 2011. Selon Mme Hayat, estimant avoir été victime d'une injustice, le détenu a demandé aux gardiens de voir le directeur de la prison et menacé de se suicider s'il n'obtenait pas ce qu'il voulait.

Un surveillant l'aurait alors incité à passer à l'acte, ce qu'il a fait en se pendant à un câble. A son retour de l'hôpital, le détenu a été placé dans la même cellule forte et un gardien lui aurait dit en montrant le câble de ne pas se rater cette fois.

Le TF a estimé que le procureur général genevois Olivier Jornot a classé la procédure alors que l'enquête avait été bâclée. Il a donc renvoyé le dossier à la justice genevoise, afin qu'elle complète l'instruction.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS