Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La hausse du prix de la vignette autoroutière divise les esprits. La commission des transports du National s'oppose à une voix près au montant de 100 francs proposé par le Conseil fédéral. Elle préfère limiter l'augmentation: le prix ne devrait passer que de 40 à 70 francs.

Le président de la commission Markus Hutter (PLR/ZH) a fait pencher la balance. Pour certains membres de la commission, il faut éviter d'emmagasiner de l'argent uniquement par mesure de précaution. Pour d'autres, il faut éviter, ou au moins reporter, un nouvel étoffement du réseau autoroutier. La minorité estime en revanche qu'il faut se donner les moyens de ses ambitions.

Le plénum se prononcera lors de la session d'été. La commission recommande en outre la vignette de deux mois, à 40 francs, mais refuse l'introduction d'une taxe journalière à 10 francs.

La sécurité divise aussi

Par ailleurs, les divergences entre le National et le Conseil des Etats sur le programme de sécurité routière Via sicura risquent de subsister. Contre l'avis de la Chambre des cantons, la commission des transports de l'autre conseil s'oppose à sécuriser davantage les passages piétons ou à obliger les cycliste à porter un casque.

Elle s'est également nettement prononcée contre le remplacement des prises de sang par des alcootests pour mesurer l'alcoolémie des conducteurs, a-t-elle indiqué mardi. En février, les sénateurs avaient eux décidé de privilégier les éthylomètres.

La commission du National ne s'est ralliée à l'avis du Conseil des Etats que sur deux points. Elle propose désormais elle aussi que les enfants de moins de six ans ne puissent rouler à vélo sur les routes principales que sous la surveillance d'une personne d'au moins seize ans. Enfin, concernant les sanctions en cas d'avertissements de contrôles du trafic, la commission recommande une peine pécuniaire de 180 jours-amendes au plus.

ATS