Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'initiative de Franz Weber contre la prolifération des résidences secondaires est contre-productive, juge le comité bourgeois qui prône son rejet le 11 mars. Ses représentants préfèrent miser sur la révision de la loi sur l'aménagement du territoire.

Le comité reconnaît la nécessité d'une réglementation stricte pour lutter contre les répercussions négatives de la construction de résidences secondaires: mitage du territoire, hausse des prix de l'immobilier, manque de logement à prix abordable pour les habitants des régions concernées.

Il y a bel et bien "un problème de lits froids, voire congelés", a déclaré vendredi devant la presse le conseiller national Jean-René Germanier (PLR/VS), tout en précisant que des 500'000 résidences secondaires que compte la Suisse seules 200'000 seraient situées en montagne. Mais l'initiative fait fausse route.

Davantage de mitage

En fixant un taux maximal de 20% de résidences secondaires par commune, elle n'empêchera pas le mitage bien au contraire, a affirmé le conseiller national Erich von Siebenthal (UDC/BE). Certes on ne construirait plus dans les communes ayant atteint ce plafond. Mais la pression serait plus forte sur les autres régions où les bâtiments continueront de pousser jusqu'à la limite admise.

Pour le comité bourgeois, les résidences secondaires sont un apport économique pour beaucoup de régions rurales via la construction et la rénovation d'habitations. Mais aussi parce que les personnes qui y logent consomment denrées alimentaires et services dans les communes concernées.

Miser sur la loi

Au corset de l'initiative, le comité préfère une réglementation différenciée qui tienne compte des problèmes de chaque région. Il mise sur la révision de la loi sur l'aménagement du territoire entrée en vigueur en juillet.

Celle-ci oblige cantons et communes à favoriser l'hôtellerie, à veiller à ce que les habitants de la région puissent bénéficier d'un logement principal à un prix abordable et à limiter le nombre de nouvelles résidences secondaires, a assuré le conseiller national Lorenz Hess (PBD/BE).

ATS