Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Washington - Parce que les bilans comptables des entreprises sont souvent obscurs, parfois même truqués, deux professeurs de l'Université de Stanford, en Californie, ont analysé le discours de milliers de patrons aux Etats-Unis. Ils croient savoir quand ils mentent.
Après avoir examiné plus de 29'600 transcriptions de conférences téléphoniques de responsables d'entreprises présentant leurs résultats entre 2003 et 2007, les auteurs ont relevé des tournures de langage et des choix de formules qui, selon eux, ne trompent pas.
Au lieu d'être précis dans leur discours, ces patrons ou directeurs financiers tendent ainsi à être "très généraux, usant d'expressions comme +tout le monde sait que...+", avance David Larcker, l'un des auteurs de l'étude. Ces discours trompeurs vont également éviter le pronom personnel "je" pour choisir la 3e personne, plus impersonnelle, ou le pronom collectif "nous".
"L'usage d'un pronom à la première personne signifie qu'un individu s'implique dans ce qu'il dit, alors que les menteurs essayent de se distancier de ce qu'ils affirment", affirme l'étude.
Autre indice de duplicité, la fanfaronnade: "L'usage d'expressions exprimant des émotions positives extrêmes est souvent associé au mensonge", souligne le professeur Larcker, qui se méfie des qualificatifs comme "extraordinaire, fantastique, fabuleux".
Pour valider leur théorie, les chercheurs ont ensuite comparé les présentations des patrons avec les procédures de redressements comptables intervenues au cours des exercices suivants, jusqu'en 2009.
Selon M. Larcker, environ 10% des dirigeants avaient ainsi un discours présentant des résultats optimistes qui ensuite ont dû être corrigés. "Dans les cas de gros redressements comptables, nous pensons que ces responsables étaient au courant et ont donc menti", affirme-t-il, refusant de désigner nommément les menteurs.
Du bout des lèvres, il évoque toutefois le cas de la directrice financière de Lehman Brothers, Erin Callan, dont le discours de présentation des résultats en 2008 foisonnait d'expressions dithyrambiques comme "formidable" (14 fois), "fort" (24 fois), "incroyablement" (8 fois) quelques mois avant la déconfiture de la banque.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS