Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Nous avons besoin de la concordance comme jamais", a déclaré Fulvio Pelli, président du PLR lors de son discours de clôture de la "journée" du parti samedi à Schwyz. "Il faut que nous lui donnions un nouveau souffle".

Pour le président du PLR, la Suisse a besoin "d'un pacte avec de grands principes de base". Il faut s'engager pour l'économie de marché et la voie bilatérale, mettre un frein à l'endettement, réviser le système de protection sociale et assurer la sécurité.

Face à la crise, "nous allons mieux" que d'autres pays, "mais nous sommes vulnérables". C'est pourquoi "ces prochains temps, nous devons promouvoir la stabilité politique" et la concordance y contribue, estime le président des libéraux-radicaux.

Solutions PLR

A trois semaines des élections fédérales, Fulvio Pelli estime que les "partis extrêmes" et les "petits partis" ne feront pas évoluer la Suisse "dans le bon sens". "Nous voulons une Suisse capable de résister à la crise grâce aux solutions libérales-radicales", car les partis des extrêmes (PS et UDC) "nous mènent droit dans le mur".

Le conseiller national tessinois a alors appelé les libéraux-radicaux à se mobiliser pendant les trois prochaines semaines. "Je sais que ce sera dur" et "nous devons traverser un chemin de croix". Mais "le pays a besoin de nous et nous nous battrons pour lui, toujours et partout".

Pour leur "Journée" du parti à Schwyz, les libéraux-radicaux ont organisé des débats. Le premier a été consacré à la défense de l'emploi. Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann en a profité pour annoncer qu'il n'y aura pas de deuxième paquet de soutien à la conjoncture pour l'instant.

Agir au bon moment

Il ne faut pas "faire quelque chose juste pour faire quelque chose". Il est au contraire nécessaire "d'agir au bon moment avec les bons moyens", a encore déclaré Johann Schneider-Ammann.

Face à la crise, le chef du Département fédéral de l'économie a souligné l'importance du système de formation duale et de l'innovation. Grâce à ces deux spécificités, la Suisse peut préserver ses emplois et éventuellement en créer de nouveaux. Il faut aussi lutter contre la bureaucratie.

ATS