Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les ministres des Finances de la zone euro se réuniront vendredi à Bruxelles pour discuter du troisième plan de renflouement de la Grèce. Ils doivent se prononcer sur ce plan d'aide de plus de 80 milliards d'euros.

"Eurogroupe extraordinaire vendredi 14 août à 15H00", a annoncé mercredi le porte-parole du président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem sur son compte Twitter. Il a précisé que la réunion aurait lieu "à Bruxelles" et non sous forme de conférence téléphonique comme cela avait été envisagé.

La Grèce et ses créanciers internationaux sont parvenus mardi à un accord sur un nouveau plan d'aide de 85 milliards d'euros qui doit permettre au pays de rester dans la zone euro et d'éviter une situation de défaut. Le gouvernement grec a soumis mercredi à l'approbation du Parlement un décret donnant les grandes lignes du nouveau programme de renflouement, qui devrait être voté jeudi soir.

Helsinki se prononcera jeudi

Réticente sur ce plan d'aide, la Finlande va examiner les détails de l'accord et se prononcer à ce sujet dès jeudi, a indiqué le ministre des Finances Alexander Stubb mercredi. "Nous n'allons pas simplement avaliser l'annonce selon laquelle un accord a été trouvé (...) Nous allons nous pencher sur les détails", a-t-il assuré.

L'accord doit être approuvé par le Parlement, via sa Grande commission, une instance composée de 25 députés. Interrogé sur la position de la Finlande quant à un éventuel financement temporaire pour Athènes, M. Stubb a répondu que c'était "une option" envisageable.

Même si elle fait traditionnellement partie des pays les moins conciliants envers la Grèce, la Finlande devrait très probablement dire "oui" à l'accord conclu à Bruxelles.

L'Allemagne a affirmé mercredi avoir besoin de temps pour examiner l'accord avec la Grèce et pouvoir "prendre position à ce sujet d'ici à la fin de la semaine".

ATS