Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Rabobank a convenu de vendre sa participation majoritaire dans la banque bâloise Sarasin au groupe Safra pour 1,04 milliard de francs. Elle a ainsi contrecarré une approche de la banque Julius Baer et mis fin à des mois d'incertitude.

Dans un communiqué publié vendredi soir, Rabobank dit que Safra paiera en liquide 7,20 francs par action A et 36 francs par action B. L'opération valorise Sarasin à un total de 2,26 milliards de francs.

La banque néerlandaise Rabobank détient 46% du capital de Sarasin et 68% des droits de vote. Le conseil d'administration et le comité exécutif de Sarasin ont d'ores et déjà donné leur accord à cette opération qui permettra de renforcer la position de la banque.

Raffaisen aussi intéressée

La presse alémanique avait rapporté en octobre que Julius Baer et la banque coopérative Raiffeisen étaient intéressées par une reprise de la participation de Rabobank dans Sarasin, une banque fondée en 1841 qui emploie aujourd'hui près de 1700 personnes.

Au début du mois, le journal SonntagsZeitung écrivait que Julius Baer avait relevé son offre et proposait désormais une transaction entièrement en numéraire. Julius Baer et Sarasin sont deux des plus importantes banques privées de Suisse alémanique.

Les conjectures sur la cession de la participation de Rabobank s'étaient intensifiées depuis mai après que le directeur général de Sarasin Joachim Strähle eut déclaré au Financial Times que la direction était intéressée par le rachat de l'établissement.

Complémentaires

Sarasin gère une centaine de milliards de francs suisses d'actifs. Elle est très implantée en Europe, au Moyen-Orient et en Asie, tandis que Safra a une forte présence en Europe et aux Amériques.

"Sarasin et Safra se complètent stratégiquement en terme de présence géographique", ont précisé les banques, ajoutant que les deux établissements bénéficient d'une forte réputation mondiale en tant que gestionnaires de fortune.

ATS