Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ancien chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic a été acquitté jeudi, à l'issue de la présentation des éléments de preuve de l'accusation, de génocide dans des municipalités de Bosnie-Herzégovine par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY).

Les magistrats ont estimé que les accusations de génocide porté à son encontre pour des crimes commis par les forces bosno-serbes dans plusieurs municipalités de Bosnie en 1992 n'étaient pas suffisamment étayées.

Acquittement demandé

Radovan Karadzic reste accusé du massacre de Srebrenica, qui constitue un génocide, et de neuf autres chefs de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre commis durant la guerre de Bosnie entre 1992 et 1995.

La défense avait demandé, lors d'une audience le 11 juin, l'acquittement de Radovan Karadzic pour les onze chefs d'accusation de génocides, crimes contre l'humanité et crimes de guerre dont il doit répondre.

100'000 morts

Le règlement du TPIY prévoit que la défense peut demander l'acquittement de l'accusé après la présentation des éléments de preuve de l'accusation et avant le début de celle de la défense.

Radovan Karadzic, 66 ans, est accusé de crimes durant la guerre de Bosnie, qui avait fait 100'000 morts et 2,2 millions de déplacés entre 1992 et 1995.

ATS