Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un raid aérien sur un camp de déplacés a fait au moins 45 morts et des dizaines de blessés lundi dans le nord du Yémen, a déclaré lundi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). On ignore combien de civils figurent parmi les victimes.

Ce bilan est le plus lourd, pour les pertes civiles, depuis le début jeudi dernier de l'intervention au Yémen d'une coalition de pays arabes, menée par Ryad, à laquelle le Pakistan va se joindre, selon un responsable gouvernemental pakistanais.

Le raid s'est produit dans le camp d'Al-Mazrak. Selon des témoins, des ambulances ont eu des difficultés à parvenir dans le camp en raison de bombardements de la coalition sur la route qui y conduit. Le camp de déplacés est situé à moins de dix kilomètres d'un camp militaire, selon des sources de l'administration locale.

Informations peu claires

Les informations en provenance de la région sont peu claires. Selon un autre membre du personnel humanitaire, le raid, qui visait un camion transportant des rebelles chiites houthis à l'entrée du camp, a coûté la vie à neuf occupants du camp, deux gardiens et un nombre indéterminé de miliciens.

Sur son site internet, le ministère de la Défense aux mains des Houthis a de son côté fait état de 40 morts, dont plusieurs femmes et enfants, et de 250 blessés. A Ryad, où il est réfugié, le ministre yéménite des Affaires étrangères, Ryad Yassine, a imputé l'explosion aux miliciens chiites.

Le camp abrite depuis 2009 des Yéménites déplacés par le conflit entre les Houthis et le gouvernement central. Et 500 nouvelles familles y sont arrivées ces deux derniers jours, selon le chef du programme de Médecins sans frontières (MSF) pour le Moyen-Orient, Pablo Marco.

Bombardements sur Sanaa et Aden

Les violences ont continué dans d'autres régions du pays. Lundi en fin d'après-midi, le nord de la capitale Sanaa était secoué par des déflagrations provoquées par de nouveaux raids aériens, a rapporté un correspondant de l'AFP.

Peu auparavant, un officier de l'armée loyaliste a indiqué que des colonnes de militaires fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh, allié aux Houthis, étaient visées au nord d'Aden par des bombardements aériens et des "tirs provenant de la mer".

Ces bombardements, qui ont déjà fait 12 morts parmi ces combattants, visent à empêcher ces colonnes d'avancer sur l'aéroport international d'Aden, selon l'officier.

Sept soldats alliés aux rebelles ont par ailleurs péri dans des tirs de forces paramilitaires en tentant d'attaquer l'aéroport d'Aden, selon un officier loyaliste. Au total, les combats à Aden ont fait une centaine de morts depuis jeudi.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS