Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dans la ligne de mire de la justice américaine, Wegelin & Co se saborde. Fondé en 1741, le plus ancien gestionnaire de fortune suisse transfère ses affaires non américaines dans un nouvel établissement, la Banque privée Notenstein, lequel est repris par le groupe Raiffeisen pour un montant non dévoilé.

L'opération trouve son origine dans l'inculpation en janvier à New York de trois conseillers financiers de Wegelin & Co, a expliqué vendredi à Zurich le patron du groupe Raiffeisen. Ils sont accusés d'avoir aidé des contribuables américains - anciens clients d'UBS craignant d'être découverts - à échapper au fisc.

En quête d'acquisitions depuis quelque temps déjà, notamment dans la gestion de fortune, le numéro trois bancaire helvétique s'est fait souffler la banque bâloise Sarasin, acquise en novembre dernier à Rabobank par le groupe Safra. Raiffeisen a cette fois saisi l'opportunité.

700 emplois sauvés

Le rachat de Notenstein offre à Raiffeisen de nouvelles compétences, mais permet aussi de sauver 700 emplois et d'assurer la continuité avec les clients.

L'opération a reçu le feu vert de l'Autorité de contrôle des marchés financiers (FINMA) qui a dans la foulée accordé les autorisations nécessaires à la banque Notenstein. Les autorités américaines ont aussi été informées et la transaction est conforme au droit américain.

Réactions

La disparition de Wegelin a suscité des réactions réservées. Pour certains, l'affaire souligne la nécessité de parvenir à un accord fiscal avec les Etats-Unis, selon le Secrétariat d'Etat aux questions financières internationales (SFI).

Le président de l'Association suisse des banquiers, Patrick Odier, a évoqué "un pas regrettable" au téléjournal de la TSR.

Wegelin a pris une décision importante qui met la banque, les employés et les clients à l'abri de l'insécurité juridique, a relevé pour sa part Michel Dérobert, secrétaire général de l'Association des banquiers privés suisses (ABPS), qualifiant de triste l'annonce de la disparition, sous cette forme, de la plus ancienne banque de Suisse.

ATS