Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cyril Ramaphosa a été élu nouveau président de l'Afrique du Sud.

KEYSTONE/EPA REUTERS POOL/MIKE HUTCHINGS / POOL

(sda-ats)

Le tout nouveau président sud-africain Cyril Ramaphosa s'est engagé jeudi à faire de la lutte contre la corruption une de ses "priorités". Il a signifié sa volonté de se démarquer de son prédécesseur Jacob Zuma, empêtré dans plusieurs scandales.

"Les problèmes de corruption, les problèmes liés à la nécessité de redresser les entreprises publiques (...) font partie de nos priorités, ce sont des problèmes auxquels nous allons nous atteler", a déclaré M. Ramaphosa devant les députés, "je travaillerai très dur pour essayer de ne pas décevoir le peuple sud-africain".

"J'ai reçu cet immense privilège de servir notre peuple, je me sens très humble d'avoir reçu ce privilège", a-t-il ajouté quelques minutes après avoir été élu. Il a promis de "travailler à améliorer la vie des Sud-Africains", alors que le pays, première puissance économique du continent, enregistre un taux de chômage record à 27,7%.

Le nouveau président hérite d'un pays écoeuré par les affaires de corruption et de détournements de fonds à la tête de l'Etat et en attente d'une reprise économique. Il présentera les grandes lignes de son programme pour l'année à venir, dans son discours sur l'état de la nation vendredi soir.

M. Ramaphosa succède à Jacob Zuma, qui a été contraint par son parti, le Congrès national africain (ANC), à démissionner. Après des semaines d'hésitations, l'ANC a exigé mardi son départ, avant de le menacer d'une motion de défiance jeudi. Jacob Zuma a finalement jeté l'éponge mercredi soir.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS