Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Acquitté, le chanteur Tom Dundee devra tout de même encore croupir en prison (archives)

KEYSTONE/EPA/DIEGO AZUBEL

(sda-ats)

Un chanteur engagé en faveur de l'opposition en Thaïlande a été acquitté jeudi dans une affaire de lèse-majesté. Il s'agit d'une décision rarissime dans ce royaume où critiquer la monarchie est puni par de longues années de prison.

Thanat Thanawatcharanont, plus connu sous le pseudonyme de Tom Dundee (inspiré du film "Crocodile Dundee"), était jugé pour un discours prononcé en 2011 lors d'un meeting en province du mouvement des Chemises rouges.

"Il apparaît peu clair que l'accusé ait insulté la monarchie", a conclu le juge dans son verdict. Il avait été arrêté après le coup d'Etat militaire ultra-royaliste de 2014, qui a renversé le gouvernement de la première ministre Yingluck Shinawatra.

Le mouvement des Chemises rouges, soutenant le parti des Shinawatra, est la bête noire des élites royalistes, en raison de leurs idées jugées trop égalitaristes.

Tom Dundee a cependant été ramené en prison jeudi pour finir de purger une peine de plus de dix ans de prison pour deux autres affaires de lèse-majesté.

En janvier, la justice avait renoncé à poursuivre un célèbre historien, âgé de 85 ans et accusé de lèse-majesté pour avoir douté de la version officielle d'une bataille d'éléphants menée par un roi au XVIe siècle. La décision avait déjà été saluée comme rarissime.

Jusqu'à 15 ans de prison

La monarchie thaïlandaise est protégée par une des lois de lèse-majesté les plus strictes au monde et depuis le coup d'Etat de mai 2014, les poursuites se sont multipliées.

En janvier, une Thaïlandaise aveugle avait été condamnée à 18 mois de prison pour avoir partagé sur Facebook des commentaires considérés comme de lèse-majesté. Mais elle avait été libérée sous caution, une rare clémence là aussi.

Connue sous le nom d'"article 112", la loi de lèse-majesté prévoit jusqu'à 15 ans de prison pour quiconque diffame le roi, la reine, son héritier ou le régent.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS