Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une centaine de personnes ont dit stop aux violences faites aux femmes, jeudi, à Genève.

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Une centaine de personnes se sont rassemblées, jeudi en fin de journée, devant Confédération Centre, à Genève, pas loin de l'endroit où cinq femmes ont été agressées par des hommes à la sortie d'une boîte de nuit, mercredi aux aurores.

La manifestation était organisée par SolidaritéS et La Marche Mondiale des femmes. "Nous sommes indignées de ce qui s'est passé et condamnons cette violence faite aux femmes", a relevé Stefanie Prezioso, de SolidaritéS Genève. Le discours de la militante, ainsi que les autres interventions, ont été chaleureusement applaudis.

"Seule la mobilisation collective et permanente pourra réellement faire reculer le sexisme", a insisté Mme Prezioso. D'autres discours ont insisté sur la colère suscitée par un tel acte et le droit pour les femmes d'aller où elles veulent, de s'approprier les rues, sans devoir craindre pour leur intégrité.

Le soutien aux cinq victimes a été plusieurs fois souligné lors des interventions. Les cinq femmes ont été hospitalisées. Deux ont été grièvement blessées et une se trouve encore dans le coma. La police a lancé jeudi un appel à témoins et une procédure pénale est en cours sous la responsabilité du procureur Frédéric Scheidegger.

La violente altercation s'est produite mercredi peu après cinq heures du matin à la sortie d'une boîte de nuit. Cinq femmes, nées entre 1985 et 1996, ont été agressées par un groupe d'hommes sur la voie publique. Deux entre elles ont reçu de violents coups à la tête.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS