Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La RDC, le Rwanda et leurs voisins de la région des Grands Lacs se sont mis d'accord jeudi sur un plan pour "éradiquer" les groupes armés de l'est de la RDC. Sur le terrain, des hélicoptères de l'armée congolaise et de l'ONU bombardaient des positions des mutins du M23 dans la province du Nord-Kivu.

Le document a été signé à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, par les ministres des Affaires étrangères d'une dizaine d'Etats qui se sont rencontrés en marge d'un sommet de l'Union africaine.

"Je pense que c'est positif. Mais l'important, c'est que ce soit appliqué", a déclaré le ministre des Affaires étrangères de la République démocratique du Congo (RDC), Raymond Tshibanda N'tungamulongo.

Cet accord prévoit de s'attaquer aux rebelles du M23 qui sévissent au Nord-Kivu depuis avril, forçant plus de 100'000 personnes, selon l'ONU, à se déplacer pour fuir les combats.

Relations refroidies

Ce conflit a sensiblement refroidi les relations entre la RDC et le Rwanda. Les Congolais ont explicitement accusé leurs voisins de soutenir et d'armer le M23, ce que Kigali nie.

Louise Mushikiwabo, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, s'est également félicitée de la signature de ce plan. "C'est un bon accord. Ce n'est pas une solution, c'est une partie de la solution, et c'est très bien que la région s'investisse", a-t-elle déclaré.

Cette rébellion a ses racines dans les conflits ethniques et politiques hérités du génocide rwandais de 1994, à l'instar de celle qui, entre 2004 et 2009, avait conduit à l'invasion de l'est du Congo par les forces rwandaises au cours de deux guerres successives, causant plusieurs millions de morts.

Bombardements

Sur le terrain au Nord-Kivu, trois hélicoptères de la Mission de l'ONU en RDC (Monusco) et deux autres des Forces armées congolaises (FARDC) ont été vus jeudi au-dessus de la zone de Nkokwe et Bukima, où des explosions étaient entendues.

Les FARDC et l'ONU ont confirmé que des bombardements étaient en cours. "Les FARDC sont en train de bombarder nos positions, mais ils ne savent pas où nous sommes. Il n'y a pas de problèmes", a affirmé de son côté un colonel des mutins.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS